Publié le 31 Octobre 2010

Le VampirePolidori-Le-vampire.jpg

De John William Polidori

d'après Lord Byron

Titre original:The vampyre

Première parution: 1819

Edition Acte sud, Babel

80 pages

 

 

Quatrième de couverture : Au milieu des cercles de la haute société que le retour de l'hiver réunit à Londres, on voyait un seigneur aussi remarquable par ses singularités que par son rang distingué. Spectateur impassible de la gaieté qui l'environnait, il semblait ne pouvoir la partager. Si la beauté, par un doux sourire, fixait un instant son attention, un seul de ses regards la glaçait aussitôt et remplissait d'effroi ces cœurs où la légèreté avait établi son trône. La source de la terreur qu'il inspirait était inconnue aux personnes qui en éprouvaient les effets ; quelques-uns la cherchaient dans ses yeux gris et ternes, qui ne pénétraient pas jusqu'au fond du cœur, mais dont la fixité laissait tomber un regard sombre dont on ne pouvait supporter le poids. Ces singularités le faisaient inviter dans toutes les maisons : tout le monde souhaitait le voir. Les personnes accoutumées aux sensations fortes, et qui éprouvaient le poids de l'ennui, étaient charmées d'avoir en leur présence un objet de distraction qui pût attirer leur attention.  

 


     Le Vampire est un des premiers textes en prose sur le mythe du vampire et c'est le premier succès littéraire du genre. Il est né d'un défi entre amis, les romantiques Lord Byron et Percy Shelley ainsi que Mary Shelley qui va alors écrire le très fameux  Frankenstein. Lord Byron a l'idée d'un récit de vampires mais il finit par donner ses notes à son médecin et secrétaire particulier, John Polidori. C'est ainsi que c'est finalement ce dernier qui écrira le texte définitif de cette nouvelle.

 

     Dans la bonne société de Londres apparaissent au même moment deux personnages. Lord Ruthven est un personnage charismatique, sophistiqué, original et séducteur mais qui semble s'intéresser plus aux jeunes filles innocentes et pures qu'aux femmes séductrices. Le jeune Aubrey est beau, riche et romantique. Aubrey est vite fasciné par Lord Ruthven et les deux décident de voyager ensemble. Mais peu à peu, Aubrey est choqué par la conduite de Lord Ruthven qui semble prendre un plaisir presque cruel à ne laisser derrière lui que des jeunes hommes ruinés et des jeunes femmes déshonnorées. Il décide alors de le quitter non sans avoir prévenu la famille d'une jeune femme italienne des moeurs dissolues de Ruthven. Le jeune homme va alors être victime de la rancune de Lord Ruthven.

 

    Cette nouvelle est très agréable à lire malgré quelques excès dans la présentation du héros romantique qui sombre dans la folie dès qu'il ne sait plus quoi faire pour agir (même si c'est très gros, ce n'est pas tout à fait ridicule car l'auteur a plutôt bien justifié ça par l'impossibilité d'agir). On y voit un vampire qui sort le jour sans problème, qui n'a  pas les attributs du vampire (pas d'ail ni d'eau bénite) mais qui est déjà cruel et sophistiqué. Ce qui ressort et qui sera rarement démenti par la suite, c'est le lien étroit, dans la littérature, entre vampirisme et sexualité.

     Plus que le suspens, qui comme dans la plupart des livres de l'époque, n'est pas le point le plus intéressant, c'est une certaine tension psychologique que Polidori a réussi à introduire qui fait que ce récit se suit avec intérêt jusqu'à la fin. Et bien sûr, pour tout amateur de littérature vampirique, ce court texte est indispensable puisqu'il forme avec Carmilla  de Sheridan Le fanu et Dracula de Bram Stoker un des fondements du genre.

Challenge-Halloween.jpg


   "Le jeune Aubrey songea plus à cultiver son imagination que son jugement. De là, il prit ces notions romantiques d’honneur et de candeur qui perdent tant de jeunes écervelés. Il croyait que le cœur humain sympathise naturellement à la vertu, et que le vice n’a été jeté ça et là, par la Providence, que pour varier l’effet pittoresque de la scène : il croyait que la misère d’une chaumière n’était qu’idéale, les vêtements du paysan étant aussi chauds que ceux de l’homme voluptueux ; mais mieux adaptés à l’œil du peintre, par leurs plis irréguliers et leurs morceaux de diverses couleurs, pour représenter les souffrances du pauvre."

Publié le 26 Octobre 2010

Voici la conclusion du concours Folio SF qui permet à cinq d’entre vous de remporter un roman d’Hal Duncan, Evadés de l’Enfer.

Rappel de l’épreuve de la semaine: Ceux et celles qui suivent ce blog régulièrement ne seront pas surpris par l’épreuve qui les attend aujourd’hui. Ils connaissent déjà certaines de mes obsessions un peu bizarres. Parce que la zombiche est éternelle, parce que les siècles futurs seront zombiche ou ne seront pas, c’est elle qui sera la vedette aujourd’hui.

Dans un court texte (de 5 à 10 lignes), je vous demande d’écrire le pastiche d’un article wikipedia (ou d’un texte qui pourrait être issu du Guide du voyageur galactique, pour faire plus couleur locale) sur le zombiche-robot. 

 

Il y avait deux textes en compétition, ceux de Yueyin et de Vounelles. Voici le texte gagnant :

Pas de panique la zombiche-robot est une créature relativement rare dans l’univers. Elle ne se rencontre que sur une presqu’île reculée de la troisième planète du système sol, réputée (la presqu’île) pour le langage incompréhensible quoique chaleureux de ses habitants et la boisson tout aussi chaleureuse dont ils s’abreuvent. Il n’y a pas de preuve absolue que ce breuvage ait eu une quelconque responsabilité dans l’apparition des zombiches-robots mais la théorie a été avancée à au moins deux reprises, les scientifiques qui l’ont proposée ont cependant disparus sans laisser de trace avant d’avoir pu compléter leur recherche. De taille moyenne et de couleur fauve, la zombiche-robot se distingue d’espèces inoffensives d’herbivores par ses yeux rouges phosphorescents. Mieux vaut cependant prévenir les curieux que s’ils voient la couleur des yeux d’une zombiche-robot, il est préférable qu’ils se mettent à courir immédiatement. Le nom de zombiche robot que portent ces créatures viendrait du fait qu’on les a autrefois cru créées de toutes pièces par un savant fou d’origine germanique de passage sur l’île, mais la théorie a été récemment abandonnée, les dates ne coincidant pas. On dit que la zombiche-robot aime accompagner la cervelle humaine, son aliment de base, d’écorce de beith, un arbre du cru appelé également bjork, birch ou beorc qui présente d’évidentes vertus digestives. On ne connaît rien des habitudes de reproduction de l’espèce et nous en profitons pour inviter toute personne assez courageuse pour s’en informer à nous faire connaître ses découvertes. Bien entendu nous recommandons à nos lecteurs de prendre toutes les précautions nécessaires en cas de voyages dans l’île des zombiches, comme on l’appelle communément aujourd’hui, et en particuliers de bien fermer leur porte la nuit.

 

Bravo donc à l’auteur de ce texte qui n’est autre que Yueyin. Aimer Douglas Adams laisse visiblement quelques traces et c’est tant mieux, puisqu'elle l'emporte très largement. Le texte de Vounelles était plein de private jokes que nous sommes au moins deux à avoir appréciées.


Yueyin, tu recevras ton livre d'Hal Duncan bientôt, tout comme les autres gagnantes, Chiffonnette, Julien, Vert et Nataka.

 

Merci à tous les participants et merci aux éditions Folio SF.

folio sf affichewww.folio-lesite.fr/foliosf  

Publié le 24 Octobre 2010

Voici la dernière étape du concours Folio SF pour remporter un roman d’Hal Duncan, Evadés de l’Enfer.

Rappel de l’épreuve: Ceux et celles qui suivent ce blog régulièrement ne seront pas surpris par l’épreuve qui les attend aujourd’hui. Ils connaissent déjà certaines de mes obsessions un peu bizarres. Parce que la zombiche est éternelle, parce que les siècles futurs seront zombiche ou ne seront pas, c’est elle qui sera la vedette aujourd’hui.

Dans un court texte (de 5 à 10 lignes), je vous demande d’écrire le pastiche d’un article wikipedia (ou d’un texte qui pourrait être issu du Guide du voyageur galactique, pour faire plus couleur locale) sur le zombiche-robot. 

traces zombiches

Je me doutais que l’épreuve de cette semaine ne remporterait pas un grand succès mais j’ai quand même reçu deux textes mais quels textes ! Ce sont maintenant les lecteurs du blog qui vont être mis à contribution. C’est vous qui allez désigner la grande gagnante en votant. Vous laissez votre choix en commentaire (pour préserver un peu le suspens, les commentaires seront exceptionnellement modérés et ne seront visibles qu'à la proclamation des résultats). Vous avez jusqu’à mardi 20 h pour voter.



Le texte de Yueyin (façon Guide du Routard Galactique):

Pas de panique la zombiche-robot est une créature relativement rare dans l’univers. Elle ne se rencontre que sur une presqu’île reculée de la troisième planète du système sol, réputée (la presqu’île) pour le langage incompréhensible quoique chaleureux de ses habitants et la boisson tout aussi chaleureuse dont ils s’abreuvent. Il n’y a pas de preuve absolue que ce breuvage ait eu une quelconque responsabilité dans l’apparition des zombiches-robots mais la théorie a été avancée à au moins deux reprises, les scientifiques qui l’ont proposée ont cependant disparus sans laisser de trace avant d’avoir pu compléter leur recherche. De taille moyenne et de couleur fauve, la zombiche-robot se distingue d’espèces inoffensives d’herbivores par ses yeux rouges phosphorescents. Mieux vaut cependant prévenir les curieux que s’ils voient la couleur des yeux d’une zombiche-robot, il est préférable qu’ils se mettent à courir immédiatement. Le nom de zombiche robot que portent ces créatures viendrait du fait qu’on les a autrefois cru créées de toutes pièces par un savant fou d’origine germanique de passage sur l’île, mais la théorie a été récemment abandonnée, les dates ne coincidant pas. On dit que la zombiche-robot aime accompagner la cervelle humaine, son aliment de base, d’écorce de beith, un arbre du cru appelé également bjork, birch ou beorc qui présente d’évidentes vertus digestives. On ne connaît rien des habitudes de reproduction de l’espèce et nous en profitons pour inviter toute personne assez courageuse pour s’en informer à nous faire connaître ses découvertes. Bien entendu nous recommandons à nos lecteurs de prendre toutes les précautions nécessaires en cas de voyages dans l’île des zombiches, comme on l’appelle communément aujourd’hui, et en particuliers de bien fermer leur porte la nuit.

 

 


Le texte de Vounelles (façon wikipedia... en plus scientifiquement crédible):

ZOMBICHE-ROBOT :

Androïde inventé au début du XXI° siècle sur l’île d’Arran (Ecosse) par Cormac Mc Heali.

 

Origine du nom :

 

En 2009, sur l’île d’Arran, un jeune homme fan de Mary Shelley, Tim Burton et Joss Whedon décida de créer une nouvelle race d’androïdes en s’inspirant des biches locales. Des aventurières qui passèrent à proximité de son laboratoire crurent avoir affaire à une nouvelle race de zombie, d’où le nom de zombiche. Elles prirent d’ailleurs la seule et unique photo au monde d’un zombiche-robot. Le mot robot fut ajouté récemment pour palier à toute ambiguïté !

 

Création :

 

Pour créer ses zombiches-robots, Mc Heali se débrouilla avec les matériaux disponibles sur l’île : tambour de machine à laver, vieux postes de télévision, théières électriques, micro-ondes, etc. Il réussit à constituer un prototype, pour le parfaire, il tua des biches et se servit de leurs peaux pour recouvrir son prototype. C’est ce prototype qui fut pris en photo par deux jeunes françaises.

 

Le mystère :

 

Plusieurs témoins déclarèrent avoir aperçu ce qu’on appelait alors à l’époque «une zombiche». Les autorités locales décidèrent donc de mener une enquête. Elles firent de terribles découvertes. Tout d’abord, la police trouva le corps de Mc Heali baignant dans son sang. Dans la cave, le laboratoire secret fut découvert avec des plans et des maquettes des zombiches-robots. Après examen, la police conclut non seulement que Mc Heali avait réalisé une cinquantaine de zombiches-robots, mais qu’il avait de plus amélioré ses créations au fur et à mesure ! Le plus mystérieux, c’est que tous les zombiches-robots et de nombreux plans avaient disparu...

Au printemps 2010, en Hongrie, on trouva les restes d’un corps dans une voiture jaune. L’individu semble avoir été dévoré par une espèce inconnue. On retrouva dans le coffre de sa voiture des copies de plans de zombiches-robots. Apparemment, l’homme, certainement l’assassin de Mc Heali, vendait les plans au marché noir.

Où sont passées les zombiches de Mc Heali ? A combien de personne l’homme à la voiture jaune a-t-il vendu des plans ? Et surtout, combien de zombiches-robots se trouvent actuellement à travers le monde ? Ces questions restent à ce jour sans réponse...

 


A vos claviers pour voter !

Bonne chance aux candidates et à mardi 21h pour le résultat.

Publié le 21 Octobre 2010

traces-zombiches.jpg 

Voici votre dernière chance de remporter un exemplaire du roman d’Hal Duncan, Evadés de l’enfer !

Duncan - Evadés de l'enferEli est un clochard, brisé, au bout du rouleau, Belle une prostituée qui cherche à fuir son mac. Matthew est un jeune homosexuel, Seven un tueur à gages sans pitié. Ils ne se connaissent pas mais se retrouvent ensemble sur le même bateau… en partance pour l’Enfer. Un Enfer un peu particulier, qui pourrait être New York mais n’en est qu’une copie… franchement décalée. Tous quatre, armés de leurs seuls soucis et accompagnés par un étrange personnage, n’ont plus alors qu’une idée en tête : trouver un moyen de s’évader.

 

 

 

J'ai réussi à faire un jeu presque intelligent pendant 4 semaines alors là, bien sûr, j'ai épuisé mes capacités d'intelligence. J'ai donc décidé à la place d'une épreuve totallement idiote pour compenser.

Pour cette dernière fois, donc, vous ne devrez pas résoudre une énigme mais faire preuve d'imagination. 

Votre mission si vous l’acceptez : Ceux et celles qui suivent ce blog régulièrement ne seront pas surpris par l’épreuve qui les attend aujourd’hui. Ils connaissent déjà certaines de mes obsessions un peu bizarres. Parce que la zombiche est éternelle, parce que les siècles futurs seront zombiche ou ne seront pas, c’est elle qui sera la vedette aujourd’hui.

Dans un court texte (de 5 à 10 lignes), je vous demande d’écrire le pastiche d’un article wikipedia (ou d’un texte qui pourrait être issu du Guide du voyageur galactique, pour faire plus couleur locale) sur le zombiche-robot. Et ne vous plaignez pas, étant donné mes autres obsessions bizarres du moment, j'aurais pu vous demander de l'écrire en vieil anglais, voire d'y caser le mot "bouleau" en plusieurs langues rares voire inventées. 

 

Les textes doivent être adressées à l’adresse mail avant dimanche à 20h à l'adresse mail:

isil.concours@gmail.com  

 

Dimanche, je publierai les textes et ce sont les lecteurs du blog qui désigneront celui qui leur plait le plus. Le résultat sera publié exceptionnellement mardi à 21h.

Bonne chance !

folio sf affichewww.folio-lesite.fr/foliosf

Publié le 17 Octobre 2010

C'est le moment de découvrir le gagnant du tirage au sort du concours Folio SF. Merci à tous les participants de cette semaine.


Rappel de la question: Ce grand classique de l’âge d’or de la science fiction est composé de cinq nouvelles qui ont été rassemblées au début des années 50 pour former un roman, premier tome d’un cycle. L’auteur, américain, a inventé une science fictive qui permet de prévoir l’évolution de grands groupes humains. Dans le futur, les hommes ont colonisé l’espace et oublié l’emplacement de la Terre. Un empire galactique a vu le jour. Quel est ce roman ?

 

La réponse était… 

Fondation-Asimov.jpg

Fondation d’Isaac Asimov


Et la gagnante du jour au tirage au sort est Nataka.

Bravo Nataka ! Tu recevras ton livre d'Hal Duncan après la fin du concours.

Et pour les perdants, c’est le moment de paniquer. La semaine prochaine c’est une épreuve un peu spéciale qui vous attend pour le dernier exemplaire à gagner. A jeudi.

 

folio sf affichewww.folio-lesite.fr/foliosf

Publié le 14 Octobre 2010

Voici votre quatrième des cinq chances de remporter un exemplaire du roman d’Hal Duncan, Evadés de l’enfer !Duncan - Evadés de l'enfer

Eli est un clochard, brisé, au bout du rouleau, Belle une prostituée qui cherche à fuir son mac. Matthew est un jeune homosexuel, Seven un tueur à gages sans pitié. Ils ne se connaissent pas mais se retrouvent ensemble sur le même bateau… en partance pour l’Enfer. Un Enfer un peu particulier, qui pourrait être New York mais n’en est qu’une copie… franchement décalée. Tous quatre, armés de leurs seuls soucis et accompagnés par un étrange personnage, n’ont plus alors qu’une idée en tête : trouver un moyen de s’évader.

 

 

 

 

Question : Ce grand classique de l’âge d’or de la science fiction est composé de nouvelles qui ont été rassemblées au début des années 50 pour former un roman, premier tome d’un cycle. L’auteur, américain, a inventé une science fictive qui permet de prévoir l’évolution de grands groupes humains. Dans le futur, les hommes ont colonisé l’espace et oublié l’emplacement de la Terre. Un empire galactique a vu le jour.

Quel est ce roman ?

 

Les réponses doivent être adressées à l’adresse mail avant dimanche à 20h

isil.concours@gmail.com  

 

Le gagnant de la semaine sera tiré au sort parmi les bonnes réponses.

Bonne chance !

 folio sf affiche

www.folio-lesite.fr/foliosf

Publié le 12 Octobre 2010

L’amour au jardin Amour-au-jardin.jpg

De Jean-Pierre Otte

Première parution: 1995 

Edition Phebus Libretto

160 pages

 

 

Quatrième de couverture : Un homme se penche sur son jardin, et d'abord sur les moeurs singulières des êtres vivants qui l'habitent : fleurs et bestioles, dont la grande affaire est bien sûr l'amour. Car tout ici est sexe. Les fleurs sont visitées. On se glisse, corseté comme un faux bourdon, dans les calices, on entre dans l'intimité de l'iris, de la violette ou de la figue. Des enchantements, des plaisirs nous attendent, mais aussi des épreuves, des périls des pièges - quand le crabe doré et la mante religieuse portent l'amour à l'estomac.

 


J’ai commencé ce petit livre avec beaucoup de craintes. L’anthropomorphisme m’agace déjà prodigieusement lorsqu’on traite d’animaux évolués alors quand l’auteur parle des valeurs morales à propos de fleurs ou d’« interdits de la primevère » ou de la fleur qui « a conçu avec intelligence cette épreuve » (oui, bien sûr, la fleur s’est éveillée un matin et s’est dit : « J’ai besoin d’un but dans la vie. Tiens, et si je concevais un piège, je suis vraiment une bête d’intelligence »), je manque m’étouffer. De même, lorsque des défauts ou qualités jugés féminins sont attribués à des végétaux, je suis au bord de l’apoplexie. D’ailleurs, il aurait mérité de s’appeler la sexualité au jardin plutôt que l’amour au jardin, puisqu’il est question de reproduction. C’était donc très mal parti pour ce livre.

 

Et pourtant, peu à peu, je me suis prise au jeu. En dehors des quelques abus de langage que j’ai cités plus haut, j’ai trouvé qu’Otte  a un vrai talent descriptif et même un vrai talent de conteur qui procurent un certain plaisir à la lecture de ces descriptions successives de la sexualité des plantes. Sans avoir été passionnée, je l’ai lu avec facilité tellement les mots coulent de source et ce fut une lecture somme toute agréable. J’ai même trouvé certains passages particulièrement plaisants.

 


« Quoi qu’il en soit, l’iule n’agonise pas après l’accouplement, pas plus qu’il n’est dévoré par sa partenaire, ainsi que la chose semble de tradition festive chez d’autres espèces. Il survit très aisément à l’amour et ne paraît pas étonné de son privilège ni même en éprouver une quelconque gratitude. »

 

chainebis.jpg

Maillon n°14 :

Choix de Yohann

Publié le 10 Octobre 2010

Merci à tous les participants de cette semaine au concours Folio SF. Et bravo aux douze personnes qui ont envoyé la bonne réponse, y compris Gromovar qui participait uniquement pour le plaisir.

Rappel de la question: Cet auteur britannique, avant de publier le premier roman du cycle qui l’a rendu célèbre, avait déjà mis son talent humoristique au service d’une troupe de comiques ainsi que de la plus longue série de science fiction du monde. Un hommage assez particulier lui est rendu chaque 25 mai. Qui est cet auteur ?

 

La réponse était… 

douglas-adams.jpg

Douglas Adams, l’inégalable auteur de la trilogie en cinq volumes, Le guide du routard galactique. Et le 25 mai, c'est le Towel day en hommage à la serviette rendue célèbre dans le Guide du voyageur galactique. Il était normal de lui rendre hommage en ce "42 day" (une sombre histoire de 101010 en binaire me souffle-t-on dans l'oreillette).

 

Et le gagnant du jour au tirage au sort est Vert.

Bravo Vert, tu as d'ailleurs été la plus rapide à répondre, enfin parmi ceux qui participaient au tirage au sort ! Tu recevras ton livre d'Hal Duncan après la fin du concours.

Et pour les perdants, pas de panique (comme dirait ce cher Douglas), il vous reste deux occasions de gagner. A jeudi pour la prochaine question.

 

Et joyeux 42 day à tous!

Publié le 9 Octobre 2010

Rat-3.jpg

Le Read-A-Thon, c'est fini, et je suis contente de ne pas avoir choisi le 24h, je n'aurais pas survécu.

Venons-en au bilan. On n'ira pas jusqu'à dire que j'ai été très efficace. J'aurais pu concourir pour celle qui a le moins lu éventuellement.

En 12 heures, j'ai lu 263 pages de Shirley de Charlotte Brontë. Je n'ai pas terminé mon premier et seul livre sélectionné. Au moins, les comptes étaient vite faits.


Mais je me suis amusée avec les copines blogueuses, les logos idiots et les photos de mugs. Et rien que pour ça, ça valait le coup. Le bilan café et bières est bien meilleur que le bilan lecture.

 

Bon courage au maxi-Rathonnien et aux mini-Rathonniens nocturnes.

 

Rédigé par Isil

Publié dans #Brèves de blog

Publié le 9 Octobre 2010

C’est le grand jour, celui où la blogosphère ne connaît plus de lois. Aujourd’hui, c’est la guerre, on est là pour gagner et pour ça, pas de quartiers, il n’y a plus rien que mon arme, mon livre. dw books

"Books, best weapons in the world!"


Oui, aujourd’hui, c’est le read-a-thon.

RAT 2010Je participe au mini-RAT, de 10 h à 22 h, douze heures durant lesquelles le but du jeu est de lire le plus grand nombre de pages possibles.

Je suis parée pour le top départ dans quelques minutes, à 10 heures précises.

 

Ma check list est à jour : 

-         Mon livre : j’en suis à la page 330. Bronte-Shirley

 Si par le plus grand des hasards, je terminais les 660 pages de ce roman avant la fin des 12 heures, j'ai en appui un peu plus de 150 livres qui n'attendent que moi.


-         Mes réserves : mon meilleur ami Luigi est là en attente et ce cher Joseph n’est pas loin non plus. J'ai des bananes car c'est bien connu, "bananas are good" (il faut toujours suivre les conseils du Docteur) et la bière est au frais. Tout va bien.Divers-0246.JPG

 

-         Facebook et msn sont à portée de main, pour suivre la progression des copines de l’ennemi: Page facebook du read-a-thon.

 

-         Mes soutiens :Divers-0241.JPG

 Yoda et Blue Dalek sont très enthousiastes (si si, ce Dalek est enthousiaste, c'est juste que c'est un enthousiasme intériorisé) et manient les pompons de cheer leaders (Virginie, tu dois les reconnaître).

 

Je  n'attend donc plus que le départ officiel, à 10 heures pile.

Je reviendrai régulièrement mettre à jour ce billet tout au long de la journée.


11h15: 30 pages lues, il est temps de faire une pause café

Divers-0248.JPG


 

13h15: 70 pages lues, apéro et repas pris. C'est l'heure du café.

Divers-0249.JPG

De la Merlin's ale, il me faut bien au moins les pouvoirs de Merlin pourtenir encore 9 heures.

 

Divers-0251.JPG

J'ai rejoint le côté obscur de la force du café noir.

 


14h30: 90 pages lues. C'est l'heure de la sieste non? Ah, on me souffle que je ne fais jamais la sieste.

rat-2.jpgLà, je ressemble un peu à ça.Sors de ce corps, Bernard Black.

Je ne vais pas tarder à prendre un café.


15h 20: 110 pages lues. Là, j'ai besoin de ma dose.

Divers-0252.JPGDernier café de l'après-midi parce que après, je risque l'arrêt cardiaque. Ensuite, je passe à la bière.

Dalek et Yoda y croient encore.

 


  17h40: 155 pages lues. C'est presque l'heure de l'apéro alors je commence léger.

Divers-0255.JPGCe n'est presque pas de la bière, il y a des fruits, ça ne compte pas vraiment.


19h15: 192 pages lues. L'effort m'a achevée.

rat-1.jpgSweetie, je peux arrêter maintenant? Haaan, ça fait mal aux muscles des doigts de tourner les pages.

C'est à peu près mon état en ce moment.

 


20h50: 220 pages lues. Et ça ne va pas s'arranger.Parce que lire en suivant le match de foot, quelque chose me dit que ça ne va pas être simple. Pour me motiver, j'ai de quoi m'hydrater.

Divers-0260.JPGJe passe à la stout, il faut au moins ça pour la dernière ligne droite.

Bonne chance à l'équipe de France, aux autres vaillants read-a-thonniens et à moi. 

 


22h00:

Rat-c-est-tres-dur.jpg

Gnnnn

Je crois qu'il est temps de faire le bilan.


Rédigé par Isil

Publié dans #Brèves de blog