Utopiales 2010

Publié le 20 Novembre 2010

Sous la pression amicale de Fashion et de Yueyin, je suis obligée de raconter mes aventures aux Utopiales de Nantes. C’est que je ne voudrais pas être obligée de chanter tout Frank Michael en moldave et en lévitation comme maître Yoda.

Bon, le problème, c’est que je n’ai pas grand-chose à raconter. Je n’ai pris aucune photo, peu de notes et je n’ai jamais rien à dire à des auteurs vivants dont je n’ai pas lu les livres. En plus, je voulais acheter le moins de livres possibles. Je vais quand même tenter l'impossible.

 

Pour commencer, je voudrais rendre hommage à mon parapluie qui a donné sa vie sur l'autel de la science-fiction (enfin, on murmure dans les milieux autorisés que c'est surtout sur le champ d'honneur de la bière qu'il est mort). A Nantes, je suis sûre que la pluie est plus mouillée qu'ailleurs malgré les dénégations des locaux.utopiales.jpg

 

Qu'ai-je donc vu au cours de ces Utopiales?

Des blogueurs réunis à l’instigation de Guillaume le Traqueur Stellaire. J’ai eu le plaisir de revoir Lhisbei et Tigger Lilly et de rencontrer A.C. de Haenne, See Mee et Laure. La soirée était très bonne et comme on n’a pas vu le temps passer je pense que Guillaume est grillé dans ce restaurant. Mais bon, si on se dépêche de déposer le brevet pour un vaisseau spatial à éolienne ou à panneaux solaires, cela ne sera pas en vain.

 

Des gens venus d’un autre monde

Lhisbei a pris des photos des cosplays steampunk, quelle bonne idée !

 

Des expositions qui m’ont inspiré quelques réflexions très diverses 

- Ne laissez plus jamais Bernard Werber écrire sur de magnifiques images de Verne retravaillées par l’Inserm. J’ai découvert que son écriture est d’une platitude affligeante, je préférais vivre dans l’illusion (je le dis avec d’autant moins de snobisme que j’ai apprécié Les fourmis). Les images de « Science / Fiction : voyage au coeur du vivant » étaient quand même superbes.

- J’ai éprouvé l’extase devant l’exposition des illustrations de Didier Graffet sur La Compagnie noire de Glen Cook, sur L’anneau des Nibelungen et surtout, devant celle qui m’a époustouflée, sur l’île mystérieuse de Jules Verne.

Des images de ces expositions chez Tigger Lilly

 

Des conférences 

- L’uchronie: quelles limites?

Avec Fabien Clavel, Frédéric Delmeulle, Ugo Bellagamba et Laurent Poujois (et G le pénible qui connaît tout de l’uchronie moldo-valdaque entre 1975 et août 1976 et qui tient absolument à le faire savoir à la terre entière même s’il est hors sujet et qu’il n’a pas de micro. Je sais que Brize peut comprendre le désespoir qui s'empare de vous dans ces moments là.)

Les intervenants étaient intéressants, avec des interrogations sur l'inversion du point de vue, la façon dont on conçoit l'histoire et qu'est-ce qui déclenche un événement? Ses acteurs ou une forme de déterminisme.

 

- L'uchronie: un genre européen?

Avec Serge Lehman, Scott Westerfeld, Ronan Toulhoat et Vincent Brugeas

Moins intéressante sur le fond, cette conférence réunissait néanmoins des passionnés qui ont parlé de leurs livres avec beaucoup d'intelligence.


- Mon ami le robot

Avec Frédéric Boisdron, Gérard Klein et Ian Mc Donald

La conférence a très vite dérivé sur l'Intelligence artificielle et notamment sur un débat sur la possibilité ou non d'y parvenir à plus ou moins long terme, sachant que l'on a bien du mal à définir le terme d'intelligence.

 

Des auteurs 

Enfin, les auteurs, je les ai vus surtout de loin (dans le cas d’Igor Bogdanoff, c’était volontaire, j’aurais eu du mal à exprimer rationnellement tout le bien que je pense de lui). Je n’ai parlé qu’à Scott Westerfeld, dont le dernier roman, Léviathan, m’intrigue assez pour que je craque. Ce n’était pas faute de tentations, la librairie était particulièrement bien fournie.

Westerfeld-Leviathan.jpg 

Le stand de la revue Présence d’esprits

On n’y trouve pas un seul medium mais des fanzines aux articles très intéressants si j’en crois le peu que j’ai lu pour le moment et on y trouve aussi un très bon vendeur, Traqueur stellaire. Présence d’esprits, c’est un peu comme à la boucherie, on a droit a des « y’en a un peu plus, j’vous l’mets quand même ? » alors si j’ai acheté des trucs à lire, c’est de la faute de Guillaume. Mais bon, ça ne compte pas, une revue, ce n’est presque pas un livre.

Divers-0366.JPG


Des films

Hunter Prey

de Sandy Collora (2010)

hunter_prey_poster2.jpgUn film qui aurait pu être très correct et qui ne l’est pas. Bon, pour commencer, il y a eu publicité mensongère. On nous promet de l’orc de l’espace avec une très très grosse arme et l’orc, on le voit à peine cinq minutes. Et les armes… si on considère que l’arme est un symbole phallique, ce film est une métaphore sur l’impuissance. Les personnages l’ont toujours à la main mais ne s’en servent quasiment jamais.

Pourtant, le scénario n’est pas mauvais. Des cydoniens poursuivent une créature masquée dont on ne sait rien, après le crash de leur vaisseau sur une planète désertique. C’est une course poursuite (enfin personne ne court, il faut tenir 1h30 et puis, il ne faudrait pas abîmer le décor qui consiste en de jolies dunes parfaitement ridées). hunterprey.jpg.pngLe problème du film ne réside pas tant dans l’histoire qui n’est pas mauvaise donc, malgré des temps morts, et qui réserve même quelques bonnes surprises (le dernier quart d’heure est plein de rebondissements assez bien vus). Le jeu des acteurs est correct même si le masque en latex du cydonien l’empêche d’être expressif ce qui l’oblige à tout exprimer en grimaces dignes d’un dessin animé par moment. Ce n’est pas non plus la réalisation qui gâche le plus le film. Elle n’est ni nerveuse, ni lyrique, ni inventive, elle est même assez plate mais on a souvent vu pire dans des films à très petit budget (et puis, si vous voulez de chouettes fonds d’écran sur votre ordinateur, il y en a quelques uns… et avoir l’impression de regarder sa page d’accueil Windows au cinéma, ce n’est pas banal). hunterprey-screen.jpgNon, malgré tout, ce n’est pas ce qui gêne le plus. Le pire dans ce film, ce sont les dialogues. Monsieur le scénariste, il ne faut pas laisser votre petit frère de huit ans (ou pire, Bernard Werber) écrire les dialogues. Parfois, il y a des dialogues tellement mauvais qu’ils sont drôles, là ils sont tellement mauvais qu’ils sont juste mauvais. C’était absolument navrant de platitude. J’ai même eu de la peine devant les tentatives laborieuses d’humour qui tombait à plat.

Enfin bon, j’ai quand même tiré une leçon philosophique de ce film. Comment peut-on survivre dans une situation impossible, par exemple dans un désert et sans eau ? Facile, il suffit de vouloir vivre (je tâcherai de m’en souvenir si je tombe du dixième étage d’un immeuble). Et puis, moment très "Expendables", derrière tout type à gros canon viril, il y a un cœur tout mou qui ne demande qu’à s’éveiller à l’amour. Cette tension amoureuse d’enfer entre un gros dur et son Blackberry du futur, c’était beau (sors de cette puce électronique Pénélope Garcia).

Bref, c'est un film qui avait des idées mais qui souffre d'un manque de budget et de finition.

 

Planète hurlante (screamers)

de Christian Duguay (1995)

affichePlaneteHurlante.jpg

Tiré d’une nouvelle de Philip K. Dick, ce film avait tout pour me plaire.

Sirius 6B a été colonisée par le NBE (Nouveau bloc économique) pour son berynium, un minerai. Lorsque le danger du berynium, substance hautement radioactive, est compris, une Alliance se crée pour lutter contre le NBE qui voudrait continuer l’extraction. Pour se protéger, l’Alliance crée une arme efficace, un robot de métal souterrain qui déchiquette l’ennemi. Sans que les scientifiques de l’Alliance comprennent pourquoi, ces armes appelées screamers sont devenues autonomes et se reproduisent seules.

Ca part bien mais ça devient vite prévisible à partir du moment où un événement particulier se produit au milieu du film. Cela se suit quand même très bien et l’ensemble fonctionne.

Malgré des clichés, une fin un peu sirupeuse et quelques personnages caricaturaux, c’est un film agréable, avec de l’action, qui fait passer un bon moment.

 

 

 


J'imaginais un immense salon mais en fin de compte, les Utopiales, ce n'est pas très grand et malgré tout, il y a tant à voir et faire qu'on peut y aller plusieurs jours. Le bilan de ces premières Utopiales est très positif et je compte bien y retourner.

Rédigé par Isil

Publié dans #Sorties - Voyages

Commenter cet article

GeishaNellie 11/12/2010 18:35



Je prend en note le premier film de SF, c'est rare, mais celui-là je ne l'ai pas vu ! Screamers, lui, s'est un classique et même si je me trompe pas c'est Canadien en tout cas, il y a un très
grand acteur Québécois : Roy Dupuis, d'ailleurs j'adore son personnage !

Isil 12/12/2010 17:40



Je ne pense pas qu'il sortira en salle. C'est du typique direct dvd.


Je n'ai pas tellement aimé Roy Dupuis ou du moins son personnage parce que je trouve que tout était trop explicite (enfin ce n'est pas vraiment sa faute je pense
mais plus du scénario). C'est un acteur que j'ai déjà vu plusieurs fois sans pouvoir dire où :-)



Tortoise 26/11/2010 09:57



à cause la pluie c'est pas une excuse, l'éléphant reste au chaud mais y'a toute la galerie à voir et c'est trop fun. Ouais la prochaine fois on gèrra mieux!



Isil 30/11/2010 14:14



C'est arriver jusqu'à l'éléphant qui posait problème... et il y avait un pub bien confortable sur la route ;-)



Tortoise 24/11/2010 10:07



J'avais un programme trop chargé qui m'a empêché de profiter plus du regroupement autour de Guillaume du Traqueur Stellaire, que j'ai même dû croiser sans le savoir ni même un petit bonjour,
comme toi peut-être d'ailleurs et ça je m'en mord les doigts...


J'ai déjà la ferme intention d'y retourner l'an prochain, en espérant avoir moins de folies dédicacières pour mettre beaucoup plus l'accent sur les rencontres. Et mieux visiter la ville aussi,
j'ai aps eu le temps de voir le musée Jules Verne et je veux retourner aux Machînes de l'île.


Si toi aussi t'y retournes je te raterai pas, je te le garantis! (lol) (enfin ça n'empêchera peut-être pas qu'on se rencontre avant, qui sait)



Isil 24/11/2010 20:24



La prochaine fois, je m'organiserai mieux et on se donnera nos numéros ;-) Si ça se trouve, on s'est croisées sans savoir :-)


J'ai aussi raté le musée et pourtant c'est ce que je voulais le plus voir et pire, j'ai raté les Machines de l'Île à cause de la pluie.



Tigger Lilly 23/11/2010 19:03



Comme c'est gentil :)


Oui, tout à fait, je serai aux Rencontres de Sèvres ^^



Isil 24/11/2010 20:20



Cool! Tu aimes Frank Michael? (voir le commentaire de Lhisbei)



Guillaume44 21/11/2010 10:24



Yep, une bonne édition, ravi d'avoir fait ta connaissance ! Bon les magazines ça va, ça compte pas ;) Pour Hunter Prey on a en effet assez vite fait le tour, par contre pour Planète Hurlante il y
a quelques réflexions possibles après visionnage su l'évolution des screamers, qui me semble plus artificielle que darwinienne.


 


A+ ;)



Isil 22/11/2010 22:20



Oui, c'est vrai pour Planète hurlante. Ha oui, le darwinien ne m'est pas venu à l'esprit mais je me suis demandé comment ils font (j'ai bien aimé la modification de
la puce qui sort d'on ne sait où). C'est sûr que quand je pense reproduction avec ces petites choses à scie, je ne pense pas reproduction sexuée :-)