Message des hommes vrais au monde mutant - Morgan

Publié le 1 Juin 2009

Message des hommes vrais au monde mutant

De Marlo Morgan

Titre original: Mutant message down under

Première parution: 1990

Edition J’ai lu

241 pages

 

 

Quatrième de couverture : On les appelle le peuple sauvage. Lorsque Marlo Morgan, Américaine tranquille, rencontre cette tribu d'aborigènes australiens, elle ne sait pas que sa vie va être bouleversée. Dépouillée de ses vêtements, déconnectée de sa culture, la «mutante» est propulsée, pieds nus, dans le bush australien. Au contact de ses étranges compagnons, entre la peur et l'émerveillement, elle va apprendre à remplacer les médicaments par les plantes, les pièces de téléphone par la télépathie, le stress par la communion avec la nature et animaux.

Recevoir les dons généreux du hasard, devenir réel, entendre les messages de la nature auxquels nous sommes devenus sourds : tel est l'enseignement de ce récit insolite qui nous ouvre les portes d'une sagesse vieille de cinquante mille ans. Écoutons battre, jaillies du désert, les pulsations d'une vie très ancienne : un monde de pureté nous est offert.

 

 


Ceux qui me connaissent n’ont qu’à lire la quatrième de couverture pour comprendre pourquoi j’ai abandonné ce livre. Quitte à rêver en vivant une histoire fantastique, j’aimerais mieux me retrouver dans la Comté, ne serait-ce que pour le climat. Au moins, là, les habitants ne vous kidnappent pas et ne sont pas des tortionnaires parce que franchement, les Aborigènes montrés sont de vrais pervers. Passe encore qu’ils vous emmènent faire une randonnée dans le désert pieds nus, qu’ils brûlent le caméscope mais les bijoux de famille et les papiers d’identité, je le prendrais super mal personnellement. Je ne me contenterais pas d’être « un peu anxieuse » comme la narratrice, et pourtant, « pas de panique » est mon deuxième prénom.

J’ai abandonné quand la narratrice a commencé à demander la permission de l’univers pour manger. Parce que j’ai une dent contre cet abruti d’univers qui me ballotte depuis des années alors que moi, je ne demande rien à personne. Alors moi, l’univers, je l’ignore totalement et je voudrais bien qu’il en fasse autant avec moi. C’est simple, l’univers, s’il essaie de me causer, je me bouche les oreilles et je chante très fort. Alors je m’adresse à toi l’univers si tu passes par là. Oublie-moi ! Je ne bougerai pas et je ferai semblant de rien quoi que tu fasses. Il n’est donc pas question que je lui adresse la parole et encore moins que je lui demande la permission pour quoi que ce soit, surtout pas pour manger parce que si l'univers ne veut pas que je mange, il n'a qu'à se débrouiller pour éliminer le système digestif du corps humain.

J’ai quand même fait l’effort de lire jusqu’à la page 50 comme convenu (en fait, j’ai atteint la page 83 grâce à un RER bloqué) parce qu’il s’agissait d’un livre de la chaîne des livres mais vraiment, je ne peux pas lire ce genre d’ouvrage new age, je suis très old age, moi, voire no age. Même en le prenant comme une fiction (et il ne peut s’agir que de cela tant tout y est impossible), je n’adhère pas une seconde.

 

Maillon n°7 :

Choix de Karine

 

Rédigé par Isil

Publié dans #Livres - Les contemporains

Commenter cet article

Cyril 13/12/2010 14:04



Ben personnellement j'ai aimé ce livre, il peut peut être paraître étrange mais il porte quand même un message important que vous croyez ou non à ce qui se rapporte à l'ésotérisme ou
bien à toute cette histoire. Après bon c'est chacun ses goûts c'est sur :) Impossible n'est pas un mot que je comparerais à ce livre, il faut juste savoir distinguer ce qui est bon et
ce qui est mauvais comme partout.



Isil 13/12/2010 22:29



Pour mon goût personnel, je n'ai rien trouvé de bon (le style de tout livre, roman ou non, m'importe au moins autant que le message) mais si d'autres y trouvent leur
compte, je n'ai rien à y redire.



valérie 30/11/2010 03:43



C'est dommage de voir que votre état d'esprit est le dernier de vos soucis. J'ai lu le livre en entier, contrairement à d'autres, et je peux dire qu'il m'a permis d'être en paix avec moi-même.
Certes si peut paraître étrange fut nos conventions, vu notre façon étroite, très étroite, de voir les choses et de communiquer. Alors, je vous défie de le lire en entier et d'essayer, je dis
bien d'essayer, de le lire pour vrai, et ce, même pas entre les lignes....



Isil 30/11/2010 14:38



Je ne dis pas que mon état d'esprit est mon dernier souci, je ne pense pas qu'un livre qui
présente un peuple étranger comme une bande de kidnappeurs puisse beaucoup m'aider (je comprends que les Aborigènes détestent cette femme). Si parler à vos poireaux vinaigrette avant de les
manger vous suffit à atteindre la plénitude, grand bien vous fasse. J'avoue que je cherche bien plus pour m'élever spirituellement et je trouve beaucoup plus de sérénité dans la lecture de
Shakespeare, entre autres. Tiens, je vous mets au défi de lire Hamlet ou Le Roi Lear et de ne pas y trouver une grande élévation de l'esprit.



chiffonnette 08/06/2009 17:27

J'avouerais rester sceptique devant ce genre de livre. Un peu à ta manière en fait!

Isil 08/06/2009 20:25


C'est vrai que quand on n'a pas l'habitude, c'est assez difficile de trouver un intérêt.


yoshi73 06/06/2009 13:45

Compte tenu des commentaires lus sur ce livre, j'ai un peu peur de ce que ça va donner lorsqu'il va arriver dans ma boîte aux lettres ...

Isil 07/06/2009 17:00


Ce n'est pas pour tout de suite il me semble. Ce n'est pas difficile à lire. Après, que ça puisse intéresser ou pas, c'est très difficile de préjuger.


Lou 04/06/2009 14:57

Je l'ai vu passer sur les blogs mais il ne correspond pas vraiment à mes goûts je pense. Mais c'est bien cette chaîne qui permet de faire connaître ce livre (je ne l'avais jamais vu avant).

Isil 04/06/2009 15:27


Je ne connaissais même pas cette collection "aventure secrète" mais honnêtement, je vais m'empresser de l'oublier.