Les Mystères d'Udolphe - Radcliffe

Publié le 22 Juin 2008

Les Mystères d'Udolphe

D' Ann Radcliffe

Edition  Folio classique

  905 pages


A la fin du XVè siècle, à la mort de ses parents, Emilie Saint-Aubert est confiée à sa tante, Mme Chéron, qui épouse peu après Montoni, un gentilhomme italien à la réputation douteuse. Montoni emmène son épouse et sa nièce en Italie. Emilie doit se séparer de son fiancé peu fortuné, le chevalier Valancourt, sans espoir de le revoir un jour.
A Udolphe, château mystérieux aux allures de forteresse, Emilie est à la merci de Montoni et de ses amis, mais elle est également témoin de phénomènes étranges. Et des histoires curieuses circulent sur l'ancienne propriétaire du château.


Quatrième de couverture :
Ann Radcliffe publie en 1794 The Mysteries of Udolpho. Les romantiques anglais, et les Victoriens, lui ont voué un culte. En France, Balzac, Hugo, Nodier, Féval, Sue, se souvinrent d'elle. On ignore ce qui a pu pousser cette petite bourgeoise à la vie ordinaire à raconter des histoires terrifiantes, qu'on appelle « gothiques » en Angleterre et « noires » en France parce qu'elles cherchent à provoquer la crainte chez les lecteurs.

Émilie explore le château mystérieux, chandelle à la main, à minuit. La menace (surnaturelle?) est partout présente. Les séquestrations, les tortures ne sont pas loin. Quel est le dessein du maître des lieux? Quels sentiments éprouve la jeune fille pour son tuteur et geôlier? Qui épousera-t-elle, après cette quête de soi à travers les corridors du château, qui ressemblent à ceux de l'inconscient? Ce n'est pas pour rien qu'un chapitre porte en épigraphe ces mots de Shakespeare: « Je pourrais te dire une histoire dont le moindre mot te déchirerait le coeur. »




    Ce roman date de la fin du XVIIIè siècle et a été écrit en pleine vogue du roman noir (ou gothique). On y voit donc des héroïnes qui sont en butte à un environnement propice au fantasme et à la peur. Le château d'Udolphe est effectivement tel que l'on imagine les bâtiments des romans gothiques, sombre à souhait, plein de recoins, de détours, d'escaliers dérobés qui mènent on ne sait où. Il y a plusieurs énigmes imbriquées dans le récit qui commence dans le Languedoc où Emilie a passé son enfance puis continue en Italie, à Venise puis au château d'Udolphe, dans les Apennins. Il y a donc beaucoup de détails, de détours dans l'histoire, de descriptions qui participent à l'ambiance gothique, aussi bien de paysages que de bâtisses. L'auteur a su créer une atmosphère propice à l'histoire par la description de sons et de l'environnement très particulier, une obscurité propice au mystère très exploitée, qui participent à cette ambiance.

    Les cent premières pages prêtent pourtant beaucoup à sourire. Il y a une telle pureté d'âme, de sentiments, cela en devient presque écoeurant. Et puis, tout y est grandiloquent: les amants contrariés se font des déclarations à base de "ah", de "oh" et de points d'exclamation. Les personnages passent leur temps à pleurer ou s'évanouir et j'avoue que même si je ne me suis pas ennuyée grâce à l'écriture très dynamique du récit, je ne pensais pas réussir à maintenir mon attention jusqu'au bout. Pourtant, dès que les éléments mystérieux commencent à se mettre en place, ça devient passionnant. Cela n'a rien de terrifiant pour le public d'aujourd'hui mais il y a néanmoins un grand sens du suspens et c'est bien mené. J'ai en outre beaucoup aimé la "résolution" très rationnelle des énigmes. C'est écrit avec finesse et intelligence. Il faut dire que la traduction un peu désuète, parfois, mais vraiment charmante et particulièrement agréable de Victorine de Chastenay (c'est la première traduction, gardée par Folio) est probablement pour beaucoup dans le plaisir de la lecture. Il y a donc certainement quelques longueurs (les malheurs d'Emilie se multiplient et auraient donc peut-être pu être raccourcis) mais il y a aussi de très beaux passages et somme toute, la lecture se révèle en général plus agréable qu'ennuyeuse. En fait, c'est si prenant que ça se lit vite malgré le nombre de pages.

Rédigé par Isil

Publié dans #Livres - Les classiques

Commenter cet article

Hildebald 07/10/2009 13:17


ah je me demandais si qq1 avait lu ce livre! je le tiens de Northanger abbey et jai trop envie de le lire! ca a lair vraiment bien!


Isil 08/10/2009 00:50


Lilly l'a lu et aimé également: http://lillyetseslivres.canalblog.com/


keisha 17/09/2009 11:53

Je viens de lire L'italien du même auteur, et j'ai un peu le même ressenti que toi, pas désagréable, pas mal fait.

Isil 17/09/2009 14:10


Je pense qu'à l'occasion, je tenterai l'Italien.


emjy 29/06/2008 20:44

Je l'ai lu en 3ème et j'avais adoré. Je ne sais pas trop si mon avis serait le même aujourd'hui...
Sinon, pour continuer dans le gothique, j'ai "Carmilla" de Sheridan Le Fanu dans ma PAL. Apparemment, c'est aussi un classique du genre.

Isil 29/06/2008 21:11


Si j'ai aimé, je pense que tu aimerais encore. A priori, le côté romantique et jeune femme en détresse en permanence, ce n'est pas pour moi, mais l'écriture fait
passer même les côtés les plus ridicules et on se laisse prendre au suspens malgré soi. Je tenterai certainement "Carmilla" également et j'ai pris "Pauline" pour ma nièce qui veut découvrir des
classiques français donc, je le lirai peut-être bientôt :o)


Lilly 24/06/2008 12:31

Je crois que Lou a consacré un billet à la littérature gothique il y a quelques temps. Je pense aussi lire "Le château d'Otrante", même si je n'ai pas trop aimé "Le moine". Il y a "Pauline" de Dumas que je veux lire aussi.

Isil 27/06/2008 21:36


C'est un thème à la mode puisque Lamousmé aussi. J'ai vu que Pauline circule beaucoup aussi. Sans doute le lirai-je un jour également. J'avais lu tes réserves
sur le Moine mais je ne relirai ton billet qu'après l'avoir lu pour ne pas être influencée:o)


Lilly 23/06/2008 15:57

Tout comme toi ! ;o)Tu as d'autres projets en littérature gothique ?

Isil 23/06/2008 20:14


Promis, je n'ai pas copié :o)
Je ne suis pas très connaisseuse du genre (il faudra que je relise l'article de Lamousmé). J'ai Le Moine de Lewis (j'avais lu ton avis) et Dracula dans ma Pal et je lirai certainement Le
Chateau d'Otrante de Walpole, LE fondateur du genre. Sinon, ça se fera au gré de mes découvertes mais pas en priorité. Tiens, par exemple, les compléments de l'édition Folio d'Udolphe parlent
d'un roman de jeunesse de Balzac, "Annette et le criminel" dont Naïk a parlé sur son blog. Si tu as d'autres titres, je suis preneuse.