La citation du jeudi (74)

Publié le 26 Avril 2012

C'est Chiffonnette qui le dit

 

Jeudi citation

Le jeudi, c'est citation


Un peu d'Oscar, encore:

But beauty, real beauty, ends where an intellectual expression begins. Intellect is in itself a mode of exaggeration, and destroys the harmony of any face. The moment one sits down to think, one becomes all nose, or all forehead, or something horrid. Look at the successful men in any of the learned professions. How perfectly hideous they are! Except, of course, in the Church. But then in the Church they don’t think. A bishop keeps on saying at the age of eighty what he was told to say when he was a boy of eighteen, and as a natural consequence he always looks absolutely delightful.

 

Et la traduction de Félix Frapereau et Edmond Jaloux pour la collection La Pochothèque, des éditions Livre de poche

Mais la beauté, la beauté réelle, finit où commence l'expression intellectuelle. L'intelligence est, par sa nature, une sorte d'hypertrophie; elle détruit fatalement l'harmonie d'un visage. Dès qu'une personne se met à penser, elle devient tout nez, tout front ou tout je ne sais pas quoi d'horrible. Regardez les hommes éminents dans n'importe quelle branche du savoir. Ils sont tous parfaitement hideux. Excepté, bien entendu, les gens d'Eglise. Mais c'est que les gens d'Eglise ne pensent point. Un évêque répète à quatre-vingts ans, les paroles qu'il a apprises quand il en avait vingt; la conséquence naturelle en est qu'il conserve toujours un aspect absolument délicieux.

Oscar Wilde, The picture of Dorian Gray (Le portrait de Dorian Gray)

Rédigé par Isil

Publié dans #Citations du jeudi

Commenter cet article

Greg 19/02/2013 16:23


Wow, tu as cité l'un de mes livres préférés! C'est un vrai chef d'oeuvre! ;)

Lou 06/05/2012 10:32


ça n'a rien à voir mais je viens de finir MP et de voir l'adaptation de 1999, comme toi je suis passée complètement à côté ! Je cherchais tes billets, tu n'as pas fait ceux-là ? Il faudrait que
tu rattrapes ça ;)

Cryssilda 26/04/2012 09:54


Et vlan les curés !