La chasse au Snark - Carroll

Publié le 25 Mai 2010

 

La chasse au SnarkCarroll-Chasse-au-Snark.jpg

Suivi de A travers le Jabberwocky

De Lewis Carroll

Titre original: The hunting of the Snark, An agony in eight fits

Première parution: 1874

Edition Folio

132 pages

 

 

Quatrième de couverture : Un cireur de souliers, un fabricant de bonnets, un boulanger, un avocat et un castor, entre autres personnages, partent à la chasse d'un animal fantastique : le Snark. En espérant qu'il ne s'agira pas d'un boojum ! Moins connu qu'Alice au pays des merveilles mais aussi extravagant, La chasse au Snark conserve toute sa puissance comique. En regard du texte anglais, accompagné des illustrations originales de Henry Holiday, la traduction de l'oulipien Jacques Roubaud respecte l'oralité de ce long poème. Elle est suivie d'une analyse par le linguiste Bernard Cerquiglini.

L'occasion d'une promenade savoureuse à travers l'oeuvre de Lewis Carroll pour redécouvrir, à l'aune des recherches de Joyce et d'Artaud, l'un des chefs-d'oeuvre de la littérature victorienne.

 

 


     La chasse au Snark est une pépite. Pourtant, même si j’adore l’absurde britannique, lire ce poème me faisait peur. Je suis une lectrice de poésie très médiocre alors avec le côté délirant de Carroll, je craignais de ne rien comprendre et de m’ennuyer. Pour être honnête, je crois que je n’y ai pas compris grand-chose et c’est peut-être aussi la preuve que je ne sais pas lire parce que si Carroll a voulu dire quelque chose ou faire passer un message à travers son texte, je suis passée totalement à côté. Je serais bien incapable d’en dire quoi que ce soit de précis.

     En revanche, si je ne sais toujours pas vraiment si ce texte a un sens caché, je peux dire que je l’ai trouvé passionnant à lire. Non seulement ce poème est formellement très réussi mais il est en plus très abordable. On suit le voyage improbable de chasseurs tout aussi improbables d’une créature impossible, le Snark. Même si Carroll y manie l’absurde en permanence, l’ensemble du texte est magnifiquement cohérent. C’est délirant mais compréhensible.

 

     Hélas, la version française perd des détails qui, s’ils ne sont pas nécessaires à la compréhension, font en partie le sel du texte. Ainsi, chaque membre de l’équipage qui part à la chasse au Snark a une profession (ou dans un cas est un animal) qui commence par la lettre ‘B’ : Beaver (Castor), Butcher (Boucher), Bellman (Homme à la cloche), Banker (Banquier)… Pour le reste, dans l’une ou l’autre version, ce texte est splendide.

 

La Chasse au Snark est suivie par une comparaison des mots-valises inventés par Lewis Carroll qu’on trouve dans le Jabberwocky. J’ai trouvé étrange ce choix de placer cette étude après La Chasse au Snark plutôt que à la suite de « Derrière le mirroir » car j’ai eu du mal à resituer le texte dans son contexte mais la comparaison elle-même est passionnante pour qui s’intéresse à la traduction.

 

Parce que je ne me sens pas à la hauteur pour parler de ce genre d’ouvrage, et que rien ne vaut le texte, voici une citation (qui revient à plusieurs reprises) qui ici semble obscure mais qui semble tout à fait logique à la lecture:    

“They sought it with thimbles, they sought it with care;

They pursued it with forks and hope;

They threatened its life with a railway-share;

They charmed it with smiles and soap.”

 

“Ils le chassèrent avec des dés à coudre

Ils le chassèrent avec passion

Ils le poursuivirent avec des fourchettes et de l’espoir

Ils menacèrent sa vie avec une action de chemin de fer

Ils le charmèrent avec des sourires et du savon”

 

Merci aux éditions Folio.

EnglishClassicsMaxiBordeaux.jpg  LireEnVo

Rédigé par Isil

Publié dans #Livres - Les classiques

Commenter cet article

Naïk 21/07/2010 01:04



Je note celui-ci, et même si je pense que je ne saisirai peut-être pas toutes les subtilités, l'exemple que tu donnes m'a entièrement convaincue de choisir la version originale !



Isil 30/08/2010 21:00



Avec la version bilingue pour aider, ça devrait passer.



GeishaNellie 29/05/2010 22:21



Pour moi aussi ce fut un vrai bijou. J'ai beaucoup apprécié ce livre, mais en fait je craque simplement pour Lewis Carroll !



Isil 30/05/2010 14:59



J'ai lu Alice en vo alors que je ne maitrisais pas assez la langue et j'en garde du coup un souvenir d'une lecture plus pénible :-) Je compte le relire.



yueyin 27/05/2010 12:18



je dois faire baisser ma pal, ça devient urgentissime ;-)



Isil 27/05/2010 15:33



Ah: Bon ça va alors (mais il est très court tu sais )



yueyin 26/05/2010 20:43



oh mais c'est que tu me donnerais presque envie :-)



Isil 27/05/2010 08:53



Pffff, "presque"??!!



Karine :) 26/05/2010 14:24



J'avais peur aussi mais finalement, je suis tout à fait d'accord avec toi, j'ai beaucoup aimé!!  Et j'adore la version anglaise, vraiment!!!  J'adore le rythme  et le côté
complètement fou!



Isil 27/05/2010 08:53



Pareil. Il faudrait presque le lire à haute voix pour apprécier le rythme du texte.