L'homme au complet marron - Christie

Publié le 30 Août 2011

L’homme au complet marronChristie-homme au complet marron.

D' Agatha Christie

Titre original: The Man in the brown suit

Première parution: 1924

Editions du Masque

252 pages

 

 

Quatrième de couverture : Londres. Un homme se tient au bord du quai du métro. Soudain, il recule et tombe sur les rails. Accident ? Suicide ? La police retrouve dans ses poches un permis de visite pour une maison à louer dans la banlieue de Londres. Le corps d'une inconnue est découvert dans une villa déserte. La villa du Moulin. Coïncidence ? Difficile à admettre. D'autant qu'en ces deux occasions, un même suspect semble s'être trouvé sur les lieux. Signalement : grand, bien bâti, bronzé, yeux gris. Autre détail : l'homme porte un complet marron...

 


Quand on est à la fois who-maniaque et fan d’Agatha Christie, l’épisode sept de la quatrième saison, The Unicorn and the wasp (Agatha Christie mène l’enquête, en français) est particulièrement jubilatoire. L’épisode est empli de référence à l’oeuvre de l’auteur puisque non seulement, des événements de la vie de Christie sont utilisés, la trame de l’épisode se base sur quelques livres mais le scénariste s’est aussi amusé à insérer dans les dialogues des personnages des titres de romans de Christie. On peut donc jouer à retrouver tous les titres.

            Comme nous sommes quelques blogueuses à partager cette double passion, nous avons décider de nous faire plaisir égoïstement entre nous en lisant ou relisant ensemble tous les romans de la grande Agatha cités dans The Unicorn and the wasp ou qui ont servis de modèle à la construction de l’intrigue. Pour ce deuxième rendez-vous, c’est L’homme au complet marron qui est à l'honneur, encore un titre que je n’avais jamais lu.challenge DW Christie3

   

         Mr. Brown m’avait séduit grâce à ses personnages, moins par son intrigue. Dans L’homme au complet marron, c’est le contraire. Si l’intrigue n’est pas à la hauteur des meilleurs Christie, je la trouve en net progrès : les ficelles sont parfois grosses et le dénouement reste prévisible mais il y a quand même des retournements de situation dignes d’intérêt et des suspects intéressants.

         En revanche, cette fois, donc, j’ai été beaucoup moins séduite par les personnages. Anne Beddingfeld avait pourtant un gros potentiel. Ses débuts sont plus que prometteurs. C’est un personnage féminin typique de l’univers d’Agatha Christie, une jeune femme moderne, ayant de l’esprit et un certain goût pour l’aventure qui la mène à se retrouver au cœur de l’intrigue. Le début du récit où Anne explique son enfance avec son père, archéologue totalement déconnecté de la réalité pratique (et les conséquences financières désastreuses qui en découlent) est particulièrement amusant. Agatha Christie a toujours mis une certaine dose de sentimentalisme dans ses romans et en général, c’est fait avec suffisamment d’humour pour que ça ne me pose pas de problème (ça m’amuse même, à vrai dire). Là, j’ai trouvé qu’à partir du moment où Anne tombe amoureuse (rien de tel que d’être désagréable avec une femme pour qu’elle vous vénère, apparemment), j’ai eu parfois le sentiment d’être à la limite du Harlequin, tant c’est poussé. Si on ajoute à ça que l’amoureux en question m’a paru le personnage le moins intéressant du roman, pour cette fois, je ne suis pas entrée dans ce jeu de l’histoire d’amour obligatoire. Ce sont finalement les autres personnages qui m’ont plu, notamment Suzanne Blair, la jeune femme riche et sûre d’elle mais malgré tout très sympathique.

 

         Même si les héros de L’homme au complet marron n’ont pas tout à fait été à la hauteur de mes attentes, j’ai découvert un roman sans temps mort, dans une ambiance exotique (cela se passe en Afrique du sud) sur fond de vol de diamants. La narration basée sur les témoignages d’Anne et de Sir Pedler, un homme politique contribue à la qualité de l’intrigue.

 

Dans l’épisode The Unicorn and the wasp, un personnage fait référence au Docteur en parlant de “l’homme au complet marron” (la scène a été coupée au montage, mais ce n’est pas ce genre de détail qui nous arrête).

Mes co-lectrices : Pimpi et Yueyin


The Unicorn and the wasp, les titres précédents:

 Mr Brown

Rédigé par Isil

Publié dans #Livres - Policiers

Commenter cet article

fashion 30/08/2011 15:41



Je suis comme Karine, c'est un de mes préférés et j'adore l'histoire d'amour. Ne vomis pas tout de suite, ça ferait désordre.



Karine:) 30/08/2011 15:23



Suzanne Blair est hilarante, rien de moins.  Bon, je ne suis pas surprise de ton avis... mais c'est pour ma part l'un de mes préférés.  Pour l'humour et pour le romantisme.  Yep,
je suis incurablement rose nanane!



Le Papou 30/08/2011 14:04



Comme mentionné à Yue Yin je vais attaquer TOUT Agatha et reprendrait ma PAL en 2051.


 


Le Papou



yueyin 30/08/2011 10:43



Tu es bien cruelle vraiment avec un de mes préférés livres d'agatha, tu pourrais au moins mettre au crédit d'anne qu'elle claque tout son héritage en une seule fois dans un billet de première
pour l'Afriquedu sud, qu'elle sait choisir ses amis, qu'elle est débrouillarde et se souci peu du confort, qu'elle a un faible pour le méchant de l'histoire, enfin ce genre de chose quoi :-))))



arutha 30/08/2011 10:19



J'ai entrepris de relire tous les Agatha Christie en ma possession. Dans l'ordre chronologique. Le prochain sur la liste était précisément L'homme au complet marron. Lorsque ma femme
(une spécialiste de la reine du roman policier) m'a demandé ce que j'allais lire et que je lui ai répondu, elle m'a fait non de la tête. Sans un mot. Le message était clair : tu le lis si tu veux
mais ne viens pas te plaindre après.


On ne peut pas dire que tu m'incites vraiment à négliger l'avis de mon épouse. Je vais donc sans doute faire l'impasse et passer à la suite (Les enquêtes d'Hercule Poirot).