La petite voix du coeur - Letts

Publié le 6 Mai 2009

La petite voix du coeur

De Billie Letts

Titre original: Where the heart is

Première parution: 1995

Edition Pocket

391 pages

 

 

Quatrième de couverture : Novalee Nation a dix-sept ans lorsqu’elle quitte son Tennessee natal pour rejoindre la Californie. Après une enfance misérable, entre orphelinats et familles d’accueil, elle a décidé d’offrir à l’enfant qu’elle attend une vie sous le soleil. Mais le voyage s’arrête dans une petite ville de l’Oklahoma où son petit ami Willy Jack, un minable sans scrupules, l’abandonne devant un supermarché.

Enceinte de sept mois, sans un sou en poche et sans personne pour l’aider, Novalee n’aura qu’une solution : s’installer dans le supermarché et y vivre cachée jusqu’à la naissance de son bébé. Pendant deux mois, elle va croiser des personnages hauts en couleur, des êtres généreux qui deviendront petit à petit la famille qu’elle n’a jamais eue. Ensemble, ils feront à nouveau chanter la « Petite voix du cœur ».

 


          Le titre avait tout pour me rebuter, de même que la quatrième de couverture. Heureusement, n’écoutant que mon courage, je me suis lancée dans cette lecture la fleur au fusil. Après tout, j’ai survécu à 350 pages de Fascination sans tomber dans un coma diabétique littéraire (il faut dire que le rire m’a beaucoup aidé) alors, maintenant, je peux survivre à tout.

          Le début n’a rien fait pour apaiser mes craintes, tant l’angélisme et les bons sentiments à l’américaine sont présents mais étrangement ça passe parce que Billie Letts n’appuie pas trop le trait. On ne tombe pas complètement dans le sirop. Puis peu à peu, cet aspect laisse la place à plus de vie. Novalee n’est pas une oie blanche mais un personnage qui vit et expérimente, tout comme son amie, Lexie. Les autres personnages restent un peu trop angéliques à mon goût et n’ont pas grand intérêt mais ils ne sont pas suffisamment présents pour que ça provoque l’ennui ou le ridicule.

Là où c’est plus intéressant que ce qu’on pourrait en attendre, c’est lorsque le récit suit également en parallèle le destin de Willy Jack qui se prend pour un rocker et qui est surtout un type complètement minable. Les péripéties qui le concernent sont les parties que j’ai préférées.

La fin abuse quand même un peu des effets mélodramatiques et cette histoire de rédemption subite est en trop.

 

Ce n’est pas un roman que je peux adorer mais je l’ai lu sans problème et j’ai même aimé beaucoup de passages même si d’autres me semblaient inutiles, juste une juxtapositions d’éléments inintéressants qui n’apportaient rien au récit. Bref, au final, j’en garderai un bon souvenir même si l’histoire elle-même ne me semble pas inoubliable.


  Maillon n°5 :

  Choix de Doriane

Rédigé par Isil

Publié dans #Livres - Les contemporains

Commenter cet article

anjelica 17/05/2009 00:00

je l'ai noté, je verrais bien le jour où je l'aurais entre les yeux

Isil 17/05/2009 10:49


J'ai réussi à apprécier et Fashion et Yueyin ont aimé. C'est un signe :-)


Hathaway 08/05/2009 20:52

J'ai beaucoup aimé, j'en garde un bon souvenir de lecture !

Isil 08/05/2009 21:19


Je ne suis pas hyper enthousiaste mais sachant que ce n'est pas du tout mon genre, je trouve que je m'en tire bien. Il y a beaucoup d'éléments plaisants.


coming soonn 08/05/2009 10:21

un livre qui m'a l'air bien sympathique!!!

Isil 08/05/2009 11:00


Tout à fait sympathique.


fashion 07/05/2009 08:56

Comme je lis beaucoup de polars et de romans noirs, j'étais persuadée que le "raccord" entre l'ex minable et la pauvre Novalee se ferait de manière sanglante. La fin m'a estomaquée pendant 10 secondes puis mon côté "j'aime les happy ends, quoi ça n'est la crédibilité, un gros mot" ? a vite repris le dessus.

Isil 07/05/2009 20:28


Je ne m'attendais pas à grand chose à vrai dire mais là, j'ai aussi eu besoin d'un
petit moment pour comprendre ce que je venais de lire.


yueyin 06/05/2009 23:22

BAh c'est pas trop négatif finalement... c'est vrai qu'il y a de bons passages, même si je me suis demandé un moment pourquoi donc on suivait l'ex de Novallee :-) en fait ça fait raccord mais un peu forcé je dois dire... mais bon je ne bouderai pas mon plaisir (haute tolérance aux happy end !), j'ai passé un bon moment ;-)

Isil 07/05/2009 08:26


Non, c'est même plutôt positif pour moi ;-) Je n'ai rien contre le happy end non plus mais là, tout est bien qui finit bien dans le meilleur des mondes pour tout le
monde alors que ça a été terrible pour eux avant et même Willy qui se découvre une conscience ça fait beaucoup et comme tu
dis, ça fait un peu forcé. En fait, je retrouve les mêmes excès que dans le Magnan mais en version trop de bonnes choses (en pire même).