Ta mémoire, petit monde - Foix

Publié le 3 Avril 2009

Ta mémoire, petit monde

De Alain Foix

Première parution: 2005

Edition Gallimard

168 pages

 

 

Quatrième de couverture : "Prenons un petit monde au hasard dans la rue. Tenez, dans Pointe-à-Pitre, sur le trottoir de la rue Barbès. Il sort tout juste de l'école et fixe le caniveau. Dans le ruisseau, son bateau de papier. Au bout de la rue, un bâtiment immense. Sa coque de noix va droit dessus. Un géant blanc posé sur l'eau et qui écrase la ville de majesté. Le Colombie, comme c'est écrit dessus, pousse un long hurlement et arrête le temps. La ville est suspendue et le monde médusé. C'est la terre qu'on déchire, le géant se délivre. Une lente déchirure, mouvement inexorable, et la mer s'y engouffre. Un gouffre de vertige, d'un bleu à s'y noyer. Et le monde rapetisse à mesure qu'il s'éloigne. Le bateau de papier a mouillé l'encre bleue. Le vent l'a renversé, l'enfant l'a oublié. Bientôt c'est le grand jour où il verra le monde du pont du Colombie. "

 


Ta mémoire, petit monde est le récit de l’enfance du narrateur, Lino l’indien, en Guadeloupe puis en région parisienne au début des années 60. Ce roman n’avait rien pour me plaire, ni dans le style, ni dans le thème.

Le début, fait de phrases très courtes, comme les vers d’un poème, m’a donné beaucoup de mal. Puis, le narrateur grandit et ses phrases aussi. Passées les quarante premières pages, le style est toujours poétique mais beaucoup plus fluide. Et alors, le talent d’Alain Foix m’a fait apprécier le récit. Il n’y a pas vraiment d’histoire et pourtant, je me suis attachée à l’expérience d’un petit guadeloupéen débarqué en France dans une banlieue peu attrayante et où l’accueil qu’on lui réserve est à géométrie très variable. Entre ceux qui lui ont permis d’avancer et ceux qui l’ont rabaissé, le jeune narrateur se construit sous nos yeux et c’est souvent touchant et toujours intéressant. L’école, les copains, la mixité sociale, les filles, les motos sont au cœur du récit ainsi que la famille et la mémoire.

Finalement, une belle découverte grâce à la chaîne des livres.

 

Maillon n°3 :

Choix de Stéphie

Rédigé par Isil

Publié dans #Livres - Les contemporains

Commenter cet article

Leiloona 04/04/2009 09:07

Effectivement, l'écriture n'est pas des plus simples, mais une fois apprivoisée, je l'ai aimée moi aussi.

Isil 04/04/2009 15:50


Pas des plus simples, c'est sûr.


keisha 04/04/2009 08:58

Il n'est pas loin, celui là!!! Je vais le découvrir aussi.

Isil 04/04/2009 15:48


Oui, il se lit vite donc il ne devrait pas tarder à arriver chez toi.


Ys 03/04/2009 22:16

Totale réussite alors, il ne te tentait pas et finalement il t'a plu, super !

Isil 04/04/2009 15:47


Ce n'est même pas qu'il ne me tentait pas, puisque je ne connaissais pas du tout ;-) Au final, j'ai bien aimé donc oui, c'est une
réussite.


levraoueg 03/04/2009 20:28

Heureusement que nous avons l'obligation des cinquante pages ! (l'auteur devait le savoir, à mon avis). Je me prépare à son arrivée alors...

Isil 03/04/2009 20:47


J'y ai pensé aussi ;-D A mon avis, il l'a écrit exprès pour la chaîne (pour repérer les tricheurs qui s'arrêtent à la trentième page).
Il n'est pas encore parti mais ça ne va pas tarder.


yueyin 03/04/2009 19:36

Moi ausis j'ai commencé à accrocher quand lino arrive en france, un auteur au style particuliers qui mérite d'être découvert et que je n'aurais moi non plus probablement  jamais lu sans la chaine des livres :-)

Isil 03/04/2009 20:45


Ça s'améliorait déjà un petit peu avant le départ et ça commence à vraiment m'intéresser sur le bateau.