La solitude des nombres premiers - Giordano

Publié le 31 Mars 2009

La solitude des nombres premiers

De Paolo Giordano

Titre original: La solitudine dei numeri primi

Première parution: 2008

Edition Seuil

329 pages



Quatrième de couverture : Les nombres premiers ne sont divisibles que par 1 et par eux-mêmes ; soupçonneux et solitaires, certains possèdent cependant un jumeau dont ils ne sont séparés que par un nombre pair. Mattia, jeune surdoué, passionné de mathématiques, en est persuadé : il compte parmi ces nombres, et Alice, dont il fait la connaissance au lycée, ne peut être que sa jumelle. Même passé douloureux, même solitude à la fois voulue et subie, même difficulté à réduire la distance qui les isole des autres. De l’adolescence à l’âge adulte, leurs existences ne cesseront de se croiser, de s’effleurer et de s’éloigner dans l’effort d’effacer les obstacles qui les séparent.

 

Paolo Giordano scrute avec une troublante précision les sentiments de ses personnages qui peinent à grandir et à trouver leur place dans la vie. Ces adolescents à la fois violents et fragiles, durs et tendres, brillants et désespérés continueront longtemps à nous habiter.

 

Paolo Giordano est né en 1982 à Turin. Il prépare actuellement un doctorat en physique théorique. La Solitude des nombres premiers, prix Strega 2008, est son premier roman ; il est traduit dans de nombreux pays.

 


La solitude des nombres premiers ne parle pas de mathématiques mais décortique les sentiments de deux personnages décalés, blessés par la vie et enfermés dans leur solitude. C’est un sujet qui pourrait mener à un roman ennuyeux ou sinistre. Surtout que le roman s’ouvre sur quelques grosses ficelles comme la fille populaire forcément tortionnaire digne d’un feuilleton américain. Pourtant, la finesse de l’analyse psychologique (timidité, complexes, peur de l’engagement…) rend ce récit très agréable à lire. La façon dont Mattia et Alice se trouvent, s’éloignent et se rapprochent en permanence est dite sobrement. J’ai aimé la façon dont ils subissent parfois cette solitude, chacun rêvant à un moment ou un autre de ressembler aux autres, de s’intégrer mais finalement chacun revenant toujours à la solitude, leurs retrouvailles permettant malgré tout toujours un semblant d’ouverture à l’autre.

Je suis restée à l’extérieur, sans m’attacher aux personnages et pourtant, je me suis intéressée à eux, sans passion mais sans ennui, avec finalement l’envie de savoir si une issue était possible. Je comprenais où l’auteur m’emmenait sans avoir aucune idée de ce qui m’attendait. Ce n’est peut-être pas un roman qui me laissera un grand souvenir à long terme mais c’est une lecture agréable.


Livre proposé par 

Rédigé par Isil

Publié dans #Livres - Les contemporains

Commenter cet article

Léthée 14/04/2009 14:16

Ma foi, tu ne te trompes pas du tout ! Je le passe pour la seconde fois dans... hum, 14 jours. Glurp.Même si je me sens davantage dans mes baskets que l'année dernière, ce n'est pas encore ça. Mais je crois qu'on ne peut pas tout savoir et tout connaître malheureusement. Le CRPE t'est familier ? ;)

Isil 14/04/2009 14:22


Je viens de vérifier sur ton blog et j'ai donc eu ma réponse mais j'étais sûre de moi. Qui d'autre pourrais réviser un cours sur les nombres premiers (ou alors tu es
encore au collège et là). Je connais quelques profs des écoles et même futurs (enfin j'espère) et je sais même que l'année
prochaine ça risque d'être un beau bazar. Bonne chance pour le concours!


Léthée 14/04/2009 12:24

Je crois vraiment que je vais me laisser tenter par ce livre-la. Je me sentirai peut-être moins seule avec... mes révisions concernant les nombres premiers !

Isil 14/04/2009 14:01


Un peu de poésie dans un monde de mathématiques, pourquoi pas :-) Révision de nombres premiers, pour moi, ça sonne comme préparation de CRPE. Me tromp'je?


Lael 08/04/2009 16:08

un très bon roman sans aucun doute!! qui a reçu de très bonnes critiques!!

Isil 09/04/2009 07:53


Je trouve qu'il aurait pu éviter quand même quelques grosses ficelles mais il y a beaucoup de bonnes choses en effet.


sylvie 04/04/2009 11:27

j'ai bien aimé lire ce livre que j'ai trouvé original dans sa manière de traiter son sujet ... "c'est du lourd" comme tu dis... mais il le traite finalement avec élégance et brio. j'ai bien aimé cette métaphore filée avec une hypothèse mathématique.

Isil 04/04/2009 15:51


Oui, c'est intéressant mais très peu présent dans le livre, finalement.


Hathaway 01/04/2009 19:52

Vraiment aimé ce roman ! Et comme beaucoup je suis ravie de l'avoir lu avant d'en lire les commentaires partout !

Isil 01/04/2009 20:17


J'ai évité de lire trop de commentaires jusqu'ici. J'ai juste vu qu'il est plutôt apprécié.