Miss Auten regrets

Publié le 20 Février 2009

Miss Austen regrets

G.B. - 85 min

Réalisé par Jeremy Lovering, scénario de Gwyneth Hughes

 

Avec Olivia Williams (Jane Austen), Greta Scacchi (Cassandra Austen), Imogen Poots (Fanny Knight), Phyllida Law (Mrs. Austen), Samuel Roukin (Harris Bigg)

 

Alors que Jane Austen approche la quarantaine, son succès comme auteur est assuré et ses comédies fines et pleines d’esprit sont très admirées. Pour sa nièce, Fanny Knight – une jeune et belle jeune femme qui attend désespérément de tomber amoureuse – Jane est la tante préférée qui la conseille dans sa recherche d’un mariage heureux.

 

Pourtant, lorsque Fanny lui demande de l’aide à approuver de futurs époux potentiels, l’assurance habituelle de Jane est menacée.

Elle se retourne sur ses propres choix et ses opportunités ratées. A-t-elle fait les bons choix, pour elle et sa famille ?

 


En anglais seulement (avec l’option sous-titrage en anglais)

 

Cette production de la BBC et moi, nous sommes parties sur de mauvaises bases. D’abord, j’ai eu peur que l’on ne retombe sur le même et éternel romantisme plus ou moins sirupeux qui semble inexorablement entourer tout ce qui tourne autour de Jane Austen. J’avais été un peu déçue par le film Becoming Jane, sorti un peu avant la diffusion de ce téléfilm. C’est pour ça que j’ai mis beaucoup de temps à regarder Miss Austen regrets.

J’ai eu des difficultés à passer le premier quart d’heure (j’ai dû m’y reprendre à deux fois). D’abord, les films tournés caméra à l’épaule me donnent en général des envies de sévices contre les réalisateurs, surtout à la télé où l’image et les éclairages sont déjà souvent de moins bonne qualité qu’au cinéma. Là, heureusement, j’ai pu m’y habituer parce que le réalisateur n’en abuse pas. Mon gros problème avec ce début tient au comportement de Jane et à l’image qu’il en donne. Elle répond aux remarques avec une agressivité qui peut passer pour de l’aigreur. Hors, les piques de Jane Austen sont d’autant plus efficaces si elles sont prononcées avec détachement (c’est le principe même de l’humour anglais après tout). Là, j’ai eu très peur du couplet habituel des mièvreries romanesques : une femme célibataire et sans enfants est forcément malheureuse et aigrie.

 

Heureusement, le talent de ce téléfilm est de dépasser cela et d’être beaucoup plus subtil. On voit vite que c’est le harcèlement des autres qui est pénible, le fait qu’on résume sa vie à cela alors qu’elle a bien d’autres préoccupations. Et on voit aussi une Jane Austen amusante, qui a de la répartie, un grand goût pour l’amusement (la danse notamment…), loin des vieilles filles sévères fantasmées.

En outre, Miss Austen regrets ne s’arrête pas à la comédie romantique. On y voit bien Jane et sa nièce s’interrogeant sur l’amour et le mariage, et ce, de façon assez subtile et jamais mièvre mais en plus, ces interrogations sont rattachées à l’un des autres thèmes chers à l’auteur, l’argent. Austen se pose des questions sur sa vie et ses choix aussi pour des raisons financières. Elle se préoccupe de la publication de ses œuvres car c’est vital pour elle et le bien-être de sa mère et sa sœur qui dépendent d’elle. C’est formidablement bien montré.

Et puis, il y a une partie de comédie très réjouissante, notamment une scène très amusante chez le prince régent. Et comme le téléfilm s’inspire beaucoup de la correspondance et des œuvres d’Austen, les répliques font mouche.

 

Bref, le scénario est bon et est desservi par des acteurs tous excellents, Olivia Williams en tête et les dialogues sont réjouissants. Miss Austen regrets est donc, après un début un peu laborieux, une bonne surprise.



Un dialogue qui me semble bien résumer l’œuvre d’Austen :

« Fanny : - There, you just admitted it, love is the most important thing.

Jane : - But not the only important thing.

Fanny : - There’s money and position and family.

Jane : - And friendship and passion and shared purpose. »

Rédigé par Isil

Publié dans #DVD & Cinéma

Commenter cet article

lael 23/02/2009 07:12

merci Isil pour toutes ces infos bien utiles!!

Isil 23/02/2009 09:02


De rien!


Lilly 22/02/2009 11:43

J'ai adoré ce téléfilm, la façon de filmer ne m'a absolument pas marquée... Je préfère "Miss Austen Regrets" à "Becoming Jane", mais j'ai beaucoup aimé ce dernier film contrairement à toi. Je l'ai trouvé bien plus subtile et enjoué que P&P 2005, que je trouve vraiment mauvais. Je pense tout comme Emjy en fait ;o)

Isil 22/02/2009 12:22


Becoming Jane est plus axée sur la comédie romantique même s'il y a des choses intéressantes. Disons que je n'ai pas toujours cru à une
histoire du début du XIXe siècle ce qui a contibué à mon ennui. Mais bon c'est sûr que c'est plus subtil que O&P 05 (mais à côté, même Rambo est
subtil) Je m'y suis quand même moins ennuyée.


lael 22/02/2009 09:20

y'en a tellement et je n'ai encore rien vu hormis Orgueil et Préjugés et Raisons et sentiments mais où trouves tu toutes ces adaptations???

Isil 22/02/2009 10:12


Directement en Angleterre. Plusieurs sources:
http://www.play.com/DVD/DVD/6-/RegionHome.html ou
http://www.amazon.co.uk/
Et on peut trouver 3 nouvelles adaptations en France depuis peu: les versions ITV 2007 de Northanger Abbey, Mansfield Park et Emma. Sans
parler de l'excellente série de la BBC de 1995 Orgueil & Préjugés.


yueyin 22/02/2009 09:11

ooohhh mais je ne le connais pas celui-là... Il me le faut !!! Je ne sais pas si je challenge, je suis comme ça au naturel, il faut que je lise tout et que je vois tout sur Jane :-))) ça compte tu crois ?

Isil 22/02/2009 10:01


J'ai l'impression que ça compte, non? Mine de rien, j'ai commencé à ressortir mes livres et adaptations alors vient un moment où je ne peux plus me voiler la face. Et
puis l'année 2009 sera austenienne avec la sortie de P&P & zombies, ça va relancer la machine :-)


Pimpi 21/02/2009 21:13

Ch'suis à la traîne, ch'suis complètement à la traîne ! Je suis à la page 225... j'ai pensé à ce que tu avais dit pour les pages 200 à 210... ça m'a donné envie de lire le livre, tiens !!! Bref, je n'avance pas vite, mais c'est pas la faute au Dr Who, la faute au sommeil et à Ikéa !!!

Isil 21/02/2009 21:38


J'ai aussi avancé très lentement pendant les 400 premières pages parce que c'est très dense et plein de détails passionnants mais les 400 dernières se lisent plus
vite. Ah oui, les pages 206 à 212!! Et la page 748 aussi!!! J'ai envie de relire moi et de lire Pierre de Lune aussi du coup.