Ailleurs - Leigh

Publié le 2 Février 2009

Ailleurs

De Julia Leigh

Titre original: Disquiet

Première parution: 2008

Edition Christian Bourgois

105 pages

 

Quatrième de couverture : Quittant l'Australie avec ses deux enfants, Olivia se réfugie en France dans la demeure familiale où elle a grandi. Après des années d'absence, elle y retrouve sa mère et son frère, de retour avec sa femme. Dans cet univers fragile, riche en émotions, chacun tente de tenir bon tandis qu'un tragique secret les rapproche sans cesse d'une possible rupture... Conte noir et fascinant, Ailleurs est à la fois troublant, subtil et profond.

 


Il baigne sur ce court roman une atmosphère très étrange. Le début fait inévitablement penser au film « Les autres », avec cette femme qui se présente avec ses deux enfants dans une bâtisse qui a quelque chose de gothique. Et puis, peu à peu, on est vraiment « ailleurs » dans cette histoire de violence, de deuil impossible de ce bébé mort auquel la mère ne peut renoncer. Cela donne lieu à quelques scènes morbides mais, et c’est un tour de force de l’auteur, ce n’est jamais glauque. On est dans un monde qui manque cruellement de vie, de communication. C’est presque étouffant.

En fait, tout est dit dans la quatrième de couverture : c’est en effet « noir et fascinant », « troublant, subtil et profond ». Pour être complètement séduite, il m’a quand même manqué un petit quelque chose, à cause du style trop sec et laconique à mon goût. De menus détails m’ont un peu laissés perplexe : pourquoi, alors que le nom de l’héroïne est connu, l’auteur en parle-t-elle toujours comme « la femme » ? Et la scène d’épilation m’a complètement rejeté hors du conte. Mais la fin est belle, assez inattendue.


Merci Lamousmé pour cette découverte. Même si ce n’est pas un coup de cœur, j’ai apprécié ma lecture.

Rédigé par Isil

Publié dans #Livres - Les contemporains

Commenter cet article

Florinette 05/02/2009 16:53

Je n'ai, hélas, pas ressenti la même chose que toi, même encore aujourd'hui, je ne peux pas dire si j'ai aimé ou pas...

Isil 05/02/2009 19:40


Je dois être un peu morbide :-) C'est une écriture qui me change trop de mes habitudes pour que j'aime vraiment beaucoup mais l'histoire, je l'ai trouvée très prenante
même si c'est oppressant.


Karine :) 05/02/2009 03:42

Bon... en retard dans les maritimes, je viens juste de réaliser que le dernier commentaire était en haut!!!  Pour revenir au sujet, je ne sais pas si je suis tentée par ce livre... je n'arrive pas à me décider, en fait!!!  Je passe du oui au non des plus catégoriques!!!

Isil 05/02/2009 07:53


Je ne suis pas sûre que tu supporterais certaines scènes. C'est quand même dur.


Lou 04/02/2009 14:18

Te trouver lente ? Peut-être, mais si tu regardes combien de temps j'ai mis à pondre mon dernier billet tu pourras bien te moquer de moi ! (et ce n'est rien à côté du Gombrowicz dont je vais essayer de parler aujourd'hui alors que je l'ai lu fin février 2008 !!!)Quant à l'épilation, je ne suis pas une spécialiste de chick lit mais j'ai des souvenirs de scène, en livres ou DVD, où à la perspective d'une soirée amoureuse l'héroïne se fait des bigoudis, s'épile ou se rase, ou bien se lave les dents, s'épile et se fait des bigoudis sous la douche... tu remarqueras les différentes options. Je me souviens notamment du film... euh "dans la peau d'une blonde" ? ou "la vengeance d'une blonde" ? bref l'histoire d'une nana qui finit à Harvard après avoir joué les potiches au lycée. Cela dit j'ai vu ce film deux ou trois fois lorsqu'il passait à la télé et je le trouve assez marrant.

Isil 04/02/2009 14:39


Oh alors tout va bien pour moi.
Si tu parles du film avec Witherspoon, je l'ai trouvé plutôt réussi.


Manu 03/02/2009 18:32

Je ne sais toujours pas quoi penser au sujet de ce roman. Je ne sais pas si il me plairait ou pas.

Isil 03/02/2009 19:38


Je dois dire que ce n'est pas un livre que je recommanderais facilement d'acheter. Peut-être un emprunt?


Lou 03/02/2009 16:19

Ah bah ça y est tu en parles ! Depuis le temps que j'attendais ce billet ;) Tu me fais rire avec la séance d'épilation... décidément, la chick lit n'aura pas d'emprise sur toi :p

Isil 03/02/2009 19:47


Tu veux dire que tu me trouves un peu lente. Tu as raison, j'en suis encore à 2008 :-(
Le pire, c'est que cette épilation est anecdotique mais ça m'a fait un tel choc de revenir dans de basses
contingences matérielles alors que l'histoire semble presque hors du temps que ça m'a traumatisé.
S'il y a des descriptions d'épilation dans la chick-lit, en effet, ce n'est pas pour moi. :-)