Les poubelles pleurent aussi - Suzanne

Publié le 28 Janvier 2009

Les poubelles pleurent aussi

De Guillaume Suzanne

Première parution: 2008

Edition Griffe d’Encre

74 pages

 

Quatrième de couverture : La Terre, France.
Le Contact tant espéré a finalement eu lieu. Les Nods ont débarqué il y a six ans, apportant avec eux la dernière génération de poubelles organiques dans un but on ne peut plus noble : aider les Terriens, qui semblent avoir tant de mal à garder leur planète propre. Semant le progrès et la pagaille dans leur sillage, voilà qu’ils ont éradiqué le tabac sans demander leur avis aux fumeurs.

Les Nods se prétendent omnipotents, mais… jusqu’où ?

Et tandis que le président de la République apprend ses discours sur des fiches cartonnées et qu’Arnold Sextan se fait verbaliser pour stationnement de maison non autorisé, les montres se mettent à perdre l’heure, les GPS à perdre le Nord et les gens à perdre la tête.



Cette novella humoristique est sans grande surprise mais très agréable à lire. Elle prend clairement ses sources dans l’œuvre de Douglas Adams (ce « 42 » n’est sûrement pas là par hasard) et de Fredric Brown auquel il est même fait référence dans le texte. Et il est vrai que l’histoire de ces nods qui débarquent sur Terre pour faire notre bonheur malgré nous n’est pas sans rappeler « Martiens go home ». L’humour est absurde voire potache et fait passer un très bon moment si on aime ce type d’humour, avec une fin cruelle à souhait parce qu'évidemment dans ce genre de texte, l'humain en prend pour son grade. La seule trace d'humanité vient finalement de Betsy la poubelle.
Un bon petit moment de lecture.

Rédigé par Isil

Publié dans #Planet SF-fantasy-fantastique

Commenter cet article

yueyin 29/01/2009 23:55

ah il me tente bien celui là (douglas adams et frederic brown comme parrain ;-)) :-D

Isil 30/01/2009 14:56


Il y a pire comme référence, n'est-ce-pas? Les adams-addicts que j'ai pu lire semblent convaincus, c'est un signe :-)


Lou 29/01/2009 17:55

Si on va à la rencontre avec les éditeurs le 7 je m'offrirai sans doute celui-ci, qui me tente depuis longtemps. Par contre je ne connais aucune des références dont tu parles donc à mon avis je passerai à côté d'une partie du texte... mais bon, je ne suis pas assez versée dans la SF pour avoir envie de combler toutes ces lacunes dans l'immédiat ;)

Isil 29/01/2009 17:57


Les référence c'est en bonus mais l'histoire se tient d'elle-même et on peut apprécier sans, donc n'hésite pas. Mais je peux te le prêter si tu veux.


fashion 29/01/2009 10:14

Oui, j'ai beaucoup aimé, je me suis bien marrée... Et on est d'accord pour Douglas Adams et Fredric Brown. :)))

Isil 29/01/2009 14:28


Je ne suis pas aussi enthousiaste que toi parce que le format trop court m'empêche toujours d'apprécier vraiment mais c'est un bon petit moment à passer
(et la blague des écrevisses, tu sais, le "je n'aime pas les écrevisses..." m'a rendue hilare). Et oui, l'influence des deux est évidente, on ne pouvait pas passer à côté quand on est fan des deux.


Karine :) 29/01/2009 01:20

Je l'ai noté celui-là, il y a un bon moment... chez Fashion, je crois. Par contre, je vais commencer par lire la série de Douglas Adams (qui est apparue par magie dans ma boîte aux lettres ce matin...) pour ne rien manquer des références possibles ou impossibles!

Isil 29/01/2009 08:22


Tu as une boîte aux lettres magique? Quelle chance :-)
Douglas Adams, c'est formidable. Complètement absurde, loufoque...
Il faut que j'aille lire l'avis de Fashion alors.


Cryssilda 28/01/2009 09:15

Dis donc, quand tu t'éloignes des Victoriens, tu t'éloiges des Victoriens! :)
J'ai lu "Martiens go home" mais j'ai du mal à me souvenir de l'histoire... pourtant j'avais aimé!

Isil 28/01/2009 14:37


Les victoriens m'ont éloignés de mon objectif de me mettre à lire plus de SF: il faut bien
que je retourne à mes sources de temps en temps :-) C'est un retour en douceur avec une oeuvre courte et légère mais ce n'est pas désagréable.
"Martiens go home", c'est très bon avec des zitis qui disent toujours la vérité et du coup, c'est un calvaire pour les terriens: imagine un monde sans un minimum d'hypocrisie sociale :-)))