Doctor Who, Saison 4

Publié le 23 Décembre 2008

Doctor Who

Saison 4

Série de science-fiction britannique

 

Avec David Tennant, Catherine Tate, Freema Agyeman, Piper Laurie, Kylie Minogue, Alex Kingston



Le Docteur revient pour treize nouveaux épisodes.

Les dvd anglais ont le mérite de contenir l’épisode de Noël, qui passe entre deux saisons. Cette fois, le Docteur se trouve sur le Titanic et évidemment il y rencontre une serveuse interprétée par Kylie Minogue. C’est un épisode très réussi mais qui a quand même un petit goût de déjà-vu (on est surpris que le docteur ne repère pas les méchants immédiatement).


Dans la saison 4 à proprement parler, eh bien, si on m’avait dit que la nouvelle compagne du docteur deviendrait presque ma préférée, je l’aurais difficilement cru. Et pourtant, elle assure. Elle est moins sexy et plus âgée que les précédentes et fonctionne donc sur un tout autre plan. Elle est plus un élément comique et a du répondant face au docteur.


On retrouve de vieilles connaissances et il y en a de nouvelles. Le Docteur qui n’est pas « impossible mais juste un peu improbable » se retrouve à Pompéi, apprend qu’il faut se méfier des GPS, des librairies, des pilules qui font maigrir et des guêpes géantes.

La fin de « Forest of the dead » me laisse sceptique. Je sais qu’on est dans un rêve mais ces sortes de halo avec personnes vêtues de blanc au ralenti, c’est vraiment trop pour moi et bon sang ne pourrait-on pas rêver d’autre chose que d’un mari et d’enfants dans une vie idéale (moi, si quelqu’un doit rêver ma vie, j’exige d’être une jeune, belle et riche héritière qui n’a que du champagne dans son frigo, merci d’avance et si c’est vraiment impossible, je me contenterai d’un prix nobel de physique).


Mon épisode préféré de la saison est sans conteste « The Unicorn and the wasp ». On y explique la disparition de quelques jours d’Agatha Christie en 1926, façon Doctor Who. Evidemment, c’est toujours un coup des extra-terrestres. Cet épisode est sur le modèle de celui de la première saison avec Dickens (auquel il est malicieusement fait allusion au cours de l’épisode) ou celui de la troisième saison avec Shakespeare. On y mélange joyeusement la vie et l’œuvre de l’auteur à la SF. J’aime ces moments à forte teneur en référents culturels même si on peut toujours les apprécier sans cela. Cet épisode est particulièrement jubilatoire et j’ai bien l’intention de le revoir en ayant potassé ma bibliographie de l’œuvre de l’auteur avant parce que les titres fusent de manière subliminale évidemment et si j’en ai repéré beaucoup (de « The dead’s man folly » à « They do it with mirrors »), j’en ai certainement raté quelques uns. On y découvre aussi comment Agatha Christie a eu l’idée d’écrire «Le Meurtre de l’Orient Express », toujours selon la version de la série. Pour la forme, c’est évidemment une enquête policière façon Agatha Christie (et un peu Cluedo aussi). La scène où l’on voit la description des vraies activités des suspects en parallèle avec ce qu’ils décrivent n’est sans doute pas un procédé très nouveau mais ça fonctionne particulièrement bien.


Les deux derniers épisodes sont probablement un peu confus (disons qu'ils partent dans tous les sens) mais quel plaisir de revoir tant de connaissances.

Bref, une bien belle saison dans l'ensemble.


Les saisons précédentes:

Saison 1
Saison 2
Saison 3 

Rédigé par Isil

Publié dans #DVD & Cinéma

Commenter cet article

trillian 18/01/2009 11:29

J'ai adoré cette saison 4, et l'épisode sur Christie est vraiment drôle. J'adore Donna Noble, déjà dans l'épisode spécial noël, je l'avais beaucoup aimé. Je ne sais pas si tu l'as vu, mais il existe un sketch entre elle et le docteur qui se passe dans une salle de classe et qui est à mourir de rire! Mais j'ai quand même été très triste par le destin que lui ont réserver les scénaristes à la fin de la saison.

Isil 18/01/2009 11:46


Oui, j'aime le fait que Donna ne marche pas sur les plates-bandes des précédentes et ne soit pas dans une relation amoureuse avec le Dr. C'est vrai que je trouve son
sort des plus cruels mais la cruauté fait un peu partie de l'univers du Docteur.
Je n'ai pas vu ce sketch.


fashion 08/01/2009 19:14

Non, je n'ai pas Dickens dans la Pléiade. :(( Juste Jane. :))

Isil 08/01/2009 19:20


Roo, je n'ai pas le Austen (mais ça viendra) mais tous les Dickens (moins un que je n'arrive pas à trouver pauvre de moi) et un épisode de la saison 1 est centré sur
Dickens (même dr Who qui a bon goût est fan de Charlie) et d'ailleurs en anglais, il y a des références à des oeuvres de Dickens, "what a bleak house", par exemple (pas traduits en français même pas dans les sous-titres). Si tu aimes, je peux te prêter les saisons suivantes.


fashion 08/01/2009 18:17

Ayé, j'ai la saison 1, Caroline me l'a rapportée d'Angleterre! :))

Isil 08/01/2009 19:11


Ah ah, j'attends ton avis. Et tu peux commencer à ressortir tes Dickens version Pléiade si tu les as ;-)


Naïk 05/01/2009 23:59

Je suis sensible à cet humour là et quelques réflexions ou situations m'ont fait rire, mais je pense en effet qu'il faut avant tout se familiariser avec l'histoire de la série ! je vais essayer de regarder les diffusions de cette semaine !

Isil 06/01/2009 08:38


C'est probablement plus difficile de commencer en cours de route.


Naïk 05/01/2009 12:56

Après en avoir beaucoup entendu parlé, je découvre tout juste cette série et Torchwood qui passent en ce moment. J'ai eu un peu de mal à me plonger dans l'histoire, je l'admets, mais comme j'ai vu seulement 2 épisodes, déconnectés du reste, c'est sans doute normal. J'en regarderai d'autres pour me faire une idée !

Isil 05/01/2009 20:29


Je t'accorde que c'est vraiment très spécial. Si tu n'es pas fan des Monty Pythons et autre humour délirant voire absurde, ce n'est pas la peine d'insister je
pense. J'ai même failli arrêter au début de la première saison. Il m'a aussi fallu 3 ou 4 épisodes pour vraiment
accrocher. Torchwood me plait moins.