Le Portrait de Mr W.H. - Wilde

Publié le 18 Décembre 2008

Le portrait de Mr W.H.

De Oscar Wilde

Titre original: The portrait of Mr W.H.

Première parution: 1889

Edition Le Livre de Poche, « La Pochothèque » dans Œuvres d’Oscar Wilde

40 pages

 


Le narrateur et son ami Erskine enquêtent sur l’identité du dédicataire des Sonnets de Shakespeare, un certain « Mr W.H. »
 


 


Je pensais avoir tout lu de Wilde excepté De Profundis mais en ouvrant ce recueil de ses oeuvres, je suis tombée sur deux essais dont celui-ci.
 
Le Portrait de Mr W.H. est un essai « romancé » sur l’art.

D’une part, Wilde offre son interprétation de l’identité du fameux W.H. On se rend vite compte que c’est surtout le plaisir intellectuel de la recherche, plus que le résultat qui importe. Wilde traite également du faux en art. Jusqu’où peut-on aller pour convaincre ?

Le texte hésite entre fiction et réflexion mais au final, c’est la fiction qui l’emporte largement et c’est tant mieux. Wilde ne se prend pas assez au sérieux pour imposer un point de vue qu’il sait bien trop facilement contestable et choisit de s’en sortir par une pirouette. Et il le fait avec son brio habituel. C’est très agréable à lire et facile d’accès. Ce n’est pas avec cette œuvre qu’il faut découvrir Wilde (sauf si l’on est très intéressé par un point de vue particulier et original sur l’art) mais à lire par les fans de l’auteur.


Et puis, à plusieurs reprises, Wilde utilise les vers de Shakespeare et c’est toujours un plaisir :

« Ainsi, tu fus à moi dans un rêve irréel :

Endormi, j’étais roi, - réveillé, rien de tel »

 

Et dans leur version originale :

« Thus have I had thee, as a dream doth flatter,

In sleep a king, but waking no such matter. »

Rédigé par Isil

Publié dans #Livres - Les classiques

Commenter cet article

Lou 02/03/2009 17:10

Ouf je ne suis pas la seule à ne pas saisir l'allusion tout de suite ! J'ai trouvé un article quand Dominique a demandé où était la tombe de Wilde : http://archive.salon.com/sex/feature/2000/11/30/wilde/print.html (je n'avais pas vu d'ailleurs que Wilde figurait dans la catégorie "sex" du site) et je cite : "His lectures were camp performance art and his plays celebrated decadence, gender swapping and the "cult of the clitoris.""Au fait j'ai craqué pour "L'éventail de lady windermere" tout à l'heure !

Isil 02/03/2009 19:50


J'ai survolé le texte et je ne comprends pas plus:-)
J'aime bien L'éventail de Lady Windermere (je l'ai même vu au théâtre avec Mélanie Doutey il y a quelques années) mais moins qu'Un mari idéal et L'importance d'être
Constant.


Lou 27/02/2009 15:42

Isil, une question me taraude : quel est le rapport entre Wilde et (je cite) : "the cult of the clitoris" ? Je viens de trouver ca dans un article sur lui...

Isil 27/02/2009 19:20


Euh???!! Peut-être n'est-ce pas le même Wilde. Il existe peut-être quelque part un Marcel Wilde qui a des obsessions. Sinon,
je ne vois pas.


Keltia 22/12/2008 09:30

Je ne le connaissais pas non plus celui-là! Ca m'a l'air intéressant en tout cas (j'aime beaucoup Wilde).

Isil 23/12/2008 10:26


J'aime aussi beaucoup Wilde sans quoi je n'aurais probablement jamais lu ce livre. Il parle aussi beaucoup de Shakespeare qui est au centre du texte et dont il cite
des extraits de sonnets. Pour moi, c'est encore mieux.