La Dame en blanc - Collins

Publié le 24 Novembre 2008

La Dame en blanc

De Wilkie Collins

Titre original: The woman in white

Première parution:

Edition Phébus Libretto

554 pages

 

Walter Hartright, professeur de dessin est engagé par Mr Fairlie pour donner des cours à sa pupille et nièce, la belle Lucy. Avant de quitter Londres, Walter rencontre une mystérieuse femme vêtue de blanc et qui se comporte de façon très étrange. Il comprend rapidement que cette femme est liée à la famille Fairlie et qu’il y a un mystère autour de Sir Percival, qui tourne autour de la famille.

 

Quatrième de couverture : Les Français avaient oublié ce roman, ancêtre de tous les thrillers, qui fascinait Borges et rendit jaloux Dickens (roman publié ici pour la première fois en version intégrale). Il nous révèle une sorte de " Hitchcock de la littérature " : suspens, pièges diaboliquement retors, terreurs intimes, secrètes inconvenances - rien n'y manque. Pourtant le chef-d'oeuvre de Collins n'a jamais cessé d'être dans les pays anglo-saxons un succès populaire : l'un des plus sûrs moyens, en tout cas, d'empêcher l'innocent lecteur de dormir. 

 


     Différents narrateurs se succèdent pour raconter les événements qui entourent la jeune et belle Lucy Fairlie. Chacun s’exprime en fonction de son caractère et certains passages sont assez amusants à suivre parce que ces portraits subjectifs se répondent. Lucy Fairlie et la Dame en blanc sont les personnages centraux du roman mais ne sont vues qu’à travers le regard des autres et sont assez passives. C’est la demi sœur de Lucy, Marian Halcombe, une héroïne intelligente, dynamique et active qui travaille à la sauver, de même que Walter Hartright, le professeur de dessin.

 

     Sur le fond, les événements se succèdent dans un véritable labyrinthe de tenants et d’aboutissants. Qui est la dame en blanc? Quel est son lien avec Sir Percival? Quel est le rôle exact de son acolyte le comte Fosco? Il y a beaucoup de rebondissements. On peut prévoir la fin assez facilement mais l’intérêt du suspense tourne plutôt sur le fait de savoir comment les personnages vont s’en sortir. C’est une lecture très prenante, malgré le sens du détail très développé de l’auteur qui peut parfois ralentir l’action sur des dizaines de pages. Mais en règle générale, le récit est vif et haletant et se dévore.

 

     En plus du roman à suspens particulièrement efficace, Collins manie l’humour pour se moquer de certains aspects de la société victorienne, de l’étroitesse d’esprit, des conditions de mariage. Lucy est sacrifiée sur l’autel de la tranquillité d’esprit du médiocre Mr Fairlie et n’a aucun moyen de se défendre parce qu’il n’a pas jugé bon de protéger ses intérêts.

 

     J’avais eu une première rencontre très décevante il y a quelques années avec Le journal d’Anne Rodway, un recueil de nouvelles. Ici, je suis beaucoup plus convaincue grâce à cet excellent divertissement où perce souvent l’ironie, au point que je lirai certainement d’autres romans de Collins.

 

Mr Fairlie dans toute sa splendeur:

« Il n’y a, grâce à Dieu, pas d’enfants dans la maison, mais les domestiques, qui sont nés sans nerfs, sont capables d’en ramener du village. Quels affreux marmots ! Mon Dieu, monsieur Hartright, dois-je vous l’avouer, je désire fortement une réforme dans la constitution des enfants. La seule pensée de la nature semble avoir été d’en faire des machines à produire du bruit. La conception de notre délicieux Raphaël est autrement préférable.

Ce disant, il montrait les chérubins de l’école italienne, la tête appuyée sur les nuages.

- Une famille modèle ! continua-t-il. Des visages délicieusement potelés, entourés de jolies ailes et rien d’autre. Pas de sales petites jambes qui courent et pas de poumons qui crient. Quelle constitution supérieure à celle d’aujourd’hui ! »

Rédigé par Isil

Publié dans #Livres - Les classiques

Commenter cet article

Laine 01/09/2009 00:18

Bonsoir Isil,j'ai terminé "La dame en Blanc" de Wilkie Collins. J'avoue j'ai un peu tourné autour avant de l'attaquer. J'avais tellement peur d'être deçue. Le précédent roman de Wilkie Collins "SANS NOM" ne m'avait pas entièrement satisfaite. La fin m'avais je crois un peu dépité. Mais je crois que je me suis réconciliée avec cet auteur. J'ai adoré cette ambiance très particulière pleine de suspense et de secrets. Ce roman se lit effectivement comme un très bon polar. J'avais un peu deviné le secret de Sir Perceval ET le changement d'identité des deux protagonistes Laura et Catheriks. Mais j'ai retrouvée avec le plus grand plaisir les descriptions en filigramme de cette époque victorienne si chère à mon coeur. Heureusement qu'il y a face à ce monde masculin, très machiste, cette petite marian combative pour sauver sa soeur. ON retrouve les codes de cette société anglaise où la femme n'était malheureusement que peu de chose, passant des mains de ses parents ou de son tuteur dans celles de son époux, sans avoir son mot à dire (triste de vie !!!!). Bon allez, Au prochain roman !!! Pour me faire plaisir, je vais aller du côté de Dickens. Bon, nous allons commencer par un texte facile à destination des petits et des grands enfantS (ah ah, peut-être as-tu deviné Isil ?).Cordialement Laine

Isil 01/09/2009 09:54


Contente que ça t'ait plu. C'est sûr qu'on devine certaines choses assez facilement mais ce
qui est intéressant c'est comment on va découvrir tout ça. Et surtout, j'ai trouvé ça prenant.
Je pense deviner que tu vas lire Oliver Twist ;-)


belledenuit11 07/01/2009 17:40

J'ai découvert cet auteur grâce au blogoclub et le titre à lire était justement "La dame en blanc". Je me suis vraiment régalée dans ma lecture.

Isil 08/01/2009 11:53


C'est un auteur plus connu chez les anglo-saxons qui gagne à être connu.


Naïk 17/12/2008 00:07

Ce que tu écris concernant les personnages (comment vont-ils s'en sortir, même si on entrevoit la fin ?) est le sentiment que j'ai eu en lisant "l'Hôtel hanté", mon seul Collins, pour le moment. Dans ce roman également, Collins met l'accent sur les convenances et le mariage. Malgré tout, à te lire, il me semble de que "La dame en blanc" est plus dense que "L'hôtel hanté"... à confirmer ;-)

Isil 17/12/2008 08:39


La Dame en blanc est un des titres les plus réputés. On peut légitimement penser que Wilkie y est à son meilleur.


kesalul 08/12/2008 16:43

Il est l'un des prochains sur ma liste et j'ai vraiment hâte de le découvrir...

Isil 09/12/2008 09:20


Bonne lecture alors


Laetitia la liseuse 30/11/2008 19:22

J'ai noté plusieurs romans de l'auteur. Je devrai sûrement commencer par celui-là vu le succès qu'il a.

Isil 30/11/2008 19:56


Je ne sais pas s'il est le meilleur mais il est très réussi.