Avec vue sur l'Arno - Forster

Publié le 16 Octobre 2008

Avec vue sur l’Arno

De Edward Morgan Forster

Titre original: A room with a view

Première parution: 1908

Edition 10/18

287 pages

 

 

Quatrième de couverture : Entre un baiser volé parmi les cataractes de violettes sur les ravins de Fiesole, un baiser raté par un fiancé au pince-nez d’or, et un baiser repris par un amoureux passionné dans un sentier étroit, la jeune Lucy se libérera du carcan victorien de son existence convenue pour devenir un superbe personnage de roman qui devrait faire rêver les lecteurs des années 80 comme il enthousiasma ceux des années 10.
  


Comme toute jeune anglaise du début du vingtième siècle qui se respecte, Lucy Honeychurch va à Florence pour parfaire son érudition. Bien entendu, elle ne peut voyager qu’accompagnée d’un chaperon (en l’occurrence, sa cousine Charlotte) et ne se sépare jamais de son Baedeker, le guide touristique de référence. Pour Lucy, ce voyage va être le début de quelque chose de nouveau, d’une ouverture résumée par cette phrase : « Puis le charme pernicieux de l’Italie agit sur elle et, au lieu d’acquérir de l’érudition, elle se mit à être heureuse. »

Eduquée selon des valeurs traditionnelles de la fin de l'époque victorienne, Lucy va rencontrer les Emerson, qui font preuve d’une grande indélicatesse en proposant d’échanger leurs chambres avec les deux cousines afin que celles-ci puissent bénéficier d’une vue sur l’Arno. Dans le monde de Lucy, cela ne se fait pas. D’autant plus que le père comme le fils sont des parvenus et des anti-conformistes, donc infréquentables.

Voici le point de départ du cheminement intérieur de Lucy. Ces deux mondes opposés vont ensuite se retrouver en Angleterre et Lucy va être amenée à s’interroger sur ses sentiments et sur ce qu’elle attend de la vie et de son mariage programmé avec Cecil Vyse, symbole d’érudition mais également du rapport victorien entre les hommes et les femmes, synonyme d’enfermement psychologique.

 

Quelle belle surprise ! J’ai été charmée par l’écriture de ce roman dont je connaissais déjà la trame pour avoir vu Chambre avec vue, la magnifique adaptation de James Ivory. Je craignais une lecture fastidieuse, et j’ai immédiatement compris qu’il n’en serait rien. C’est délicat, c’est ironique, c’est fin, bref, c’est magnifique ! Il n’y a pas une phrase en trop. Tout est ciselé à la perfection. On suit le cheminement intérieur de Lucy, on le comprend parfaitement. A travers ce magnifique portrait, c’est le glissement d’une époque à une autre, celle de l’époque victorienne à la période où les femmes vont acquérir plus de liberté, une plus grande dose d’indépendance. C’est un roman de formation, de découverte de soi qu’il faut lire absolument !

 

« Mais son genre est de ceux qu’on désapprouve plutôt qu’on ne les déplore. Dès son arrivée ici il nous a bien un peu hérissés, et, j’ose affirmer, non sans raison. Il n’a ni tact ni manières et ne sait pas garder ses opinions pour lui. Nous avons été sur le point d’adresser à son sujet une plainte à la pauvre Signora, mais, tout bien pensé, nous nous sommes abstenus et j’en suis heureux aujourd’hui.

- Dois-je en conclure, dit Miss Bartlett, que c’est un socialiste ? »

Rédigé par Isil

Publié dans #Livres - Les classiques

Commenter cet article

Freude 10/03/2009 11:07

J'ai eu une période Forster il y  a quelques années, je m'étais régalée !

Isil 10/03/2009 14:25


C'est le premier et j'ai l'intention de continuer.


Schlabaya 15/02/2009 17:48

Bien aimé ce livre aussi, par contre je n'ai pas vu le film.

Isil 15/02/2009 19:06


Le film est très fidèle.


Dominique 23/10/2008 11:52

Moi aussi j'ai vu les films ( Maurice et Chambre avec vue, délicieux) mais je n'ai pas encore lu les romans...

Isil 23/10/2008 14:54


C'est grâce à Lamousmé que j'ai sauté le pas. Si on aime le film, je ne vois pas de raison de ne pas apprécier le roman, le rythme, l'ambiance sont les mêmes.


chiffonnette 22/10/2008 13:37

Qu'est-ce que je l'ai aimé ce roman! Tout en finesse, en délicatesse et avec humour en plus! Quand à l'adaptation d'Ivory, c'est un bijou!

Isil 22/10/2008 13:46



L'humour est très fin lui aussi d'ailleurs. L'adaptation dans mon souvenir est extrêmement  fidèle dans les moindres détails. Il n'y a que les pensées intimes
qui n'ont pu être reproduites mais l'idée générale est bien rendue.



InFolio 18/10/2008 12:16

Oui, mon commentaire en entier disait en fait qu'il me tentait bien, car tu montres bien que ce roman semble intéressant et pas ennuyeux... alors qu'on aurait pu le craindre vu le thème historique abordé.
Mais j'en reviens toujours à la monstruosité de la liste des livres qui attendent que je les lise chez moi :)

Isil 19/10/2008 11:15


Attention, ce n'est pas super rapide et il ne se passe pas grand chose donc ceux qui ne sont pas habitués risquent de s'ennuyer. Mais en général, je ne suis pas très
fan de ce genre (Henry Miller et Edith Warton m'ont prodigieusement ennuyés). les seuls qui ont réussi à me passionner sont Austen et Forster, parce que j'adore leur façon ironique de traiter leurs
sujets.