Le Maître de Ballantrae - Stevenson

Publié le 12 Juin 2008

Le Maître de Ballantrae

De Robert Louis Stevenson
Edition Robert Laffont (Bouquins)
 


En Ecosse, au XVIIIème siècle, le vieux Lord Durisdeer a deux fils que tout oppose. Si l'aîné, James, qui porte le titre de Maître de Ballantrae et est fiancé à une orpheline fortunée, est un libertin impénitent, violent mais aussi séducteur et dissimulateur, le cadet, Henry, est austère, cachant une âme généreuse sous une apparence peu amène et morose. Par opportunisme et contre l'avis de sa famille, James rejoint les Jacobites tandis que son frère s'occupe du domaine. Lorsque James est présumé mort après la défaite de Culloden mais il reste le préféré de tous. Lorsqu'il revient, des tensions apparaissent vite entre les frères.


Ce livre semble être le préféré des spécialistes de Stevenson et je comprends pourquoi. J'avais déjà lu l'Ile au trésor, Kidnappé et Catriona mais aucun ne m'avait plu à ce point. C'est une merveille. Dès les premières pages, ce récit enlevé est passionnant. Henry est un être terne et effacé et tout de suite, on comprend qu'il ne pourra pas rivaliser avec ce mort qui était si charismatique. Ce dernier devient le parangon de toutes les vertus et le frère vivant, placide  et inoffensif est coupable de tous les maux, y compris de la mort de son aîné. Peu à peu, le portrait psychologique des personnages se dessine. Le narrateur est Mr Mackellar, régisseur du domaine, arrivé après le départ de James et seul ami fidèle d'Henry. On ne sait donc rien de ce qui se dit en privé mais on peut imaginer les malentendus et les non-dits qui découlent d'une pudeur excessive. Il y a aussi beaucoup d'orgueil. Mais tout cela est exprimé simplement, sans lourdeur dans un roman assez court. C'est simplement exquis et d'une justesse exceptionnelle. De même, les qualités de manipulateur du Maître sont finement décrites. Le piège qui se referme sur Henry est inévitable, terrible car impalpable. On sait qu'un drame va se produire mais qui en sera la victime? Ce récit psychologique est également parsemé de voyages et d'aventures dignes de l'auteur de l'Île au Trésor. Il y a de la piraterie, des Indiens, des trésors cachés. Le final est grandiose. A lire absolument.

Rédigé par Isil

Publié dans #Livres - Les classiques

Commenter cet article

Lou 10/07/2011 13:47



Victoire mon amie, j'ai adoré cette lecture ! Robert Louis, mon ami, enfin peut commencer (peut-être) une nouvelle histoire entre nous ! Billet à écrire pour le 15 juillet si tu souhaites le lire
:)



rotko 02/02/2009 18:21

je vais creuser lapiste de l'adaptation en Bd (2 tomes) par hippolytehttp://grain-de-sel.cultureforum.net/bandes-dessinees-f18/hippolyte-dracula-et-stevenson-t5027.htm?highlight=hippolyteSi les frères occupent le devant de la scène, on ne saurait en dire autant de la fille aînée, pratiquement passée sou silence. Quant à Alexander, le cadet, fils d'henry, il ne vaut que par l'attachement de son père à son égard.James, je me suis interrogé sur sa conduite envers les femmes. Quelques phrases étaient bien étonnantes sur ce sujet:"on le disait dans le pays "un homme pas ordinaire pour les filles."

Isil 02/02/2009 19:53


Pour le rôle des femmes, on ne peut pas dire qu'elles soient en général très présentes chez Stevenson et leur rôle est très accessoire, c'est un peu le problème des
romans d'aventure dans un  monde où les femmes restent à la maison.
J'attends de pouvoir feuilleter la bd et si le dessin me plait je l'achèterai mais je ne vois pas comment on peut traduire en image tout ce qui fait la force du roman, la narration, la
psychologie... je suis donc assez curieuse de voir le rendu.


rotko 02/02/2009 10:02

bonjour, c'est effectivement un grand roman, et lamultiplicité des narrateurs oblige le lecteur à trouver lui-même sa route. d'ailleurs quel crédit acccorder à ces narrateurs ? plusieurs sont des gredins avérés. Quant à Mac Kellar, il n'est pas au-dessus de tout soupçon, lui que les autres appellent "la vieille fille" ou "la vieille femme".http://grain-de-sel.cultureforum.net/auteurs-anglais-et-anglophones-f5/rl-stevenson-t4966.htm

Isil 02/02/2009 14:46


Bonjour et bienvenue Rotko.
Jusqu'à présent, c'est mon roman de Stevenson préféré. Il est vrai que les différents narrateurs apportent beaucoup à l'histoire et le récit n'est jamais neutre mais n'en est que plus riche.


La liseuse 20/06/2008 19:31

Ton billet le montre bien (que tu as été subjuguée). très bel avis. Je note aussi. Je crois l'avoir déjà noté mais dans le doute ...

Isil 21/06/2008 09:03



Mieux vaut deux fois qu'une :o)



yueyin 14/06/2008 18:48

Tiens tu m'y fait penser, j'adore Stevenson et je n'ai pas lu celui-là, shame on me... noté trois fois noté :-)))

Isil 15/06/2008 12:51


Si tu aimes Stevenson, tu ne peux qu'adorer celui-ci. D'habitude, j'aime bien et là j'ai été subjuguée.