Les Lions d'Al-Rassan - Kay

Publié le 30 Décembre 2007

Les Lions d’Al-Rassan

De Guy Gavriel Kay



Quatrième de couverture: Depuis l'assassinat, quinze ans auparavant, du dernier khalife, l'empire d'Al-Rassan est éclaté en cités-états rivales. Dans ce climat troublé, la discorde règne, et inlassablement se querellent asharites, adorateurs des étoiles d'Ashar, kindaths et jaddites, les fils du Dieu-soleil Jad. Il est cependant une menace plus grande encore qui pèse sur le royaume: Au Nord, les anciens monarques d'Espéragne semblent s'organiser pour lancer une guerre sainte de reconquête. C'est dans ce contexte instable que trois destinées d'exception vont se croiser. Trois êtres que tout oppose : Rodrigo Belmonte, le prestigieux chef de guerre jaddite, Jehane brillant médecin kindath, et Ammar Ibn Khairan, le poète asharite, celui-là même qui jadis assassina le khalife...

 

L’écriture de Kay est brillante (probablement le livre de fantasy le mieux écrit que j’aie jamais lu) mais je n’arrive pas toujours à être emportée par le récit et surtout à m’attacher aux personnages. C’était déjà un peu le cas dans la Tapisserie de Fionavar du même auteur. Même si ça reste assez fort pour qu’on ne décroche pas, je trouve toujours un certain manque de spontanéité dans les actions comme dans les dialogues. Tout se passe précisément comme prévu. Du coup, il devient un peu difficile d’avoir une véritable empathie à l’égard les personnages. Ici, les seuls qui finissent par vraiment m’émouvoir sont Alvar et surtout Husari, le marchand de soie, un personnage secondaire, qui se bonifie au fil du roman.

Néanmoins, l’histoire et son contexte sont passionnants. Cette transposition de la Reconquista espagnole dans un pays imaginaire est intelligente et bien menée. Les relations tendues entre les religions (et parfois l’utilisation politique autant que religieuse qui en est faite) sont particulièrement pertinentes. Il n’y a pas énormément d’action. On assiste avant tout sur les intrigues de palais (il ne s’agit pas seulement de batailles territoriales mais aussi beaucoup de luttes intestines) et sur les stratégies qui s’affinent pour la guerre qui approche. J’ai trouvé cette partie un peu longue mais pas ennuyeuse car logique en fait.

Et puis, si au début, les forces en présence sont très nombreuses (la lecture demande de la concentration pour ne pas se perdre dans les lieux et les personnages) et que la situation se met alors en place assez lentement, les 200 dernières pages sont tout de même trépidantes et formidables, grandioses et épiques. Et le chapitre XIV est brillantissime. Toutes les faiblesses éventuelles sont rachetées par le suspense de cette partie. Kay est vraiment très fort pour le teasing. Un évènement se produit. On en sait tout, sauf le nom de la personne concernée. Jamais les dix pages qui suivent un évènement ne m’ont parues aussi longues. On a le temps d’envisager toutes les hypothèses possibles et d‘être surpris en fin de compte. C’est mené à la perfection. La fin est incertaine et donc palpitante. Le dernier chapitre, avant l’épilogue est une torture (du teasing encore). 

Malgré mes quelques réserves sur les personnages, je dois donc reconnaître qu’on a ici affaire à un bon roman qui sait nouer les fils qui vont mener à un final grandiose.

A noter: le roman est traduit par une auteure de fantasy, Elisabeth Vonarburg. Je n’ai rien lu d’elle jusqu’à présent mais si elle écrit aussi bien qu’elle traduit, ses œuvres doivent être intéressantes.

bon-indispensable

Rédigé par Isil

Publié dans #Planet SF-fantasy-fantastique

Commenter cet article

martlet 02/01/2008 21:11

Merci pour cet avis très intéressant. Je suis content que tu ai apprécié, même si pour les personnages...ça dépend des gouts :) J'espère que tu préfèrera ceux de Tigana ou d'Arbone.

Isil 05/01/2008 11:11

J'ai eu un peu de mal à apprécier au début mais au final, c'est vraiment très bon. C'est vrai que j'aime m'identifier ou tout au moins avoir de l'empathie à l'égard des personnages et que ça m'a un peu manqué mais à la fin ils ont fini par me toucher, ce qui est finalement le plus important.

Algernon 01/01/2008 04:39

J'ai justement commandé ce livre hier chez mon libraire. Fionavar m'avait profondément ennuyé mais face à des avis dithyrambiques lu par-ci par-là sur Les Lions d'Al-Rassan, je vais donner une deuxième chance à Kay.

Isil 01/01/2008 09:38

J'avais plutôt bien aimé Fionavar mais sans plus. Assez cependant pour lire les autres.

Loba 31/12/2007 18:12

j'ai ce livre dans ma pal, mais n'aimant que très peu les oeuvres deKay qye j'ai pu lire jusqu'à présent, j'y vais à reculons

Isil 31/12/2007 18:16

Pas de panique. Ca fait au moins 5 ans que le mien trainait chez moi. Il est possible que ce soit moins ton genre que le mien mais ça vaut vraiment le coup de tenter.

ekwerkwe 30/12/2007 23:12

Moi, j'ai été totalement emballée, sans réserves. Un des meilleurs livres que j'ai lus cette année (et les places sont chères).
J'ai tout aimé: l'écriture, l'habileté, la finesse de la transposition historique, les personnages, le souffle épique... Un grand livre, à mon avis.

Isil 30/12/2007 23:22

Tiens ça faisait longtemps. J'espère que tu passes de bonnes fêtes. D'accord sur tout sauf... les personnages trop attendus et un peu de temps nécessaire pour vraiment ressentir ce côté épique. Je suis quand même prêt de penser que c'est quasiment le meilleur roman du genre que j'ai lu mais j'attends le passage du temps pour confirmer.

Karine 30/12/2007 23:10

Je ne sais pas si je vais noter le livre mais j'ai bien aimé ce que j'ai lu de la traductrice, Elizabeth Vonarburg. Comme ça date, je ne saurais parler de la qualité d'écriture, par contre!!!

Isil 30/12/2007 23:17

Bon je suppose que la qualité de l'écriture personnelle n'est pas forcément en rapport avec une traduction puisque le style de l'auteur est contraignant.