Le Coeur du Mid-Lothian - Scott

Publié le 10 Août 2007

Le Cœur du Mid-Lothian 

De Walter Scott



En 1736, Effie Deans est accusée d’infanticide et détenue à la prison d’Edimbourg. Sa sœur Jeanie va tenter de la sauver de la pendaison. Mais peut-elle aller à l’encontre de ses principes moraux rigoureux et mentir sous serment ou doit-elle trouver un autre moyen? Cette histoire va entraîner Jeanie sur les routes d’Angleterre.



 


Après le Nain Noir, lu il y a peu, je suis encore tombée sous le charme de Walter Scott avec ce Cœur du Mid-Lothian qui évoque la prison d’Edimbourg à partir de l’histoire d’Effie et Jeanie Deans. Scott est un formidable conteur avec un style vigoureux qui sait vous tenir en haleine. C’est d’autant plus méritoire que l’héroïne de ce roman, Jeanie, n’est pas particulièrement «glamour», assez quelconque, austère, puritaine. Et pourtant, Scott parvient à la rendre attachante par une sorte de second degré permanent qui le pousse à se moquer gentiment de tous ses personnages.

Ce qui me plait le plus chez Scott, ce sont les dialogues formidables (je l’avais déjà remarqué sur le Nain Noir) et les personnages , tel Saddletree, un commerçant incompétent et passionné de droit, qui croit qu’il s’y connaît dans ce domaine et qui s’exprime en permanence dans une sorte de jargon incompréhensible. Je soupçonne d’ailleurs Dickens de s’être beaucoup inspiré de Scott dans ce domaine car lui aussi aime donner des noms ridicules à ses personnages tout aussi ridicules.

Il y a des moments totalement irrésistibles, comme celui où un personnage poursuit Jeanie, vêtu d’une robe de chambre et de pantoufles sur le dos d’un poney qualifié par Scott de «Pégase des Highlands».

Le seul bémol concerne la fin, un peu longue à mon goût. Une fois que l’intrigue est dénouée, il n’était peut-être pas nécessaire de s’attarder pendant cent pages sur le destin des personnages. On pourrait d’ailleurs trouver que le début est un peu long également mais là j’ai personnellement trouvé que le luxe de détails et de digressions était très plaisant et l‘intégration de l‘histoire dans un événement historique réel, l‘assaut de la prison d‘Édimbourg lors d‘une émeute, m‘a beaucoup plu. Évidemment, ceux qui préfèrent des romans courts et qui vont droit au but ont intérêt à passer leur chemin.

Bref, Le Cœur du Mid-Lothian est un roman délicieux et Scott, un vrai bon écrivain populaire. J’ai bien l’intention de lire toute sa bibliographie même s’il a beaucoup écrit.

Petite référence pour les fans d’Harry Potter, un personnage (anecdotique) s’appelle Scrimgeour.

Rédigé par Isil

Publié dans #Livres - Les classiques

Commenter cet article

Cryssilda 25/06/2008 16:35

Je viens de réaliser que l'on se connait en voyant le lien "Victorian & British" sur ton blog ! :o)

Isil 27/06/2008 21:32


Eh oui, la blogosphère est petite! Mais je ne savais pas que tu avais un blog aussi.


Cryssilda 25/06/2008 16:27

Je viens de terminer la lecture de ce roman, et je ne peux qu'approuver ton commentaire :o) pas vraiment différent du mien d'ailleurs!

Isil 27/06/2008 21:33



Ah, j'en garde un excellent souvenir et je le relirai certainement un jour. C'est vraiment un plaisir à lire. As-tu lu d'autres romans de Scott? J'ai aussi lu "Le
Nain noir", une merveille également (j'y ai consacré un billet d'ailleurs). 



ekwerkwe 10/08/2007 22:17

Ben dis donc, après la pause de ces derniers jours, tu te rattrapes!
Je me souviens avoir beaucoup aimé "The bride of Lammermoor": plus du tout de l'histoire, mais très bien du plaisir pris à lire ce roman. En tous cas, bon courage pour la bibliographie complète!!

Et puis, pour HP, tu me désespères: mais qui est donc Scrimgeour? Va-t-il vraiment falloir que je relise les six premiers avant de m'accorder la lecture du septième?

Isil 10/08/2007 22:28

Ben, les vacances ça aide à mettre des articles en ligne rapidement. Et puis les plus de 800 pages de Scott expliquent la longue absence. La fiancée de Lamermoor est dans mes projets proches. Mon problème c'est que ce n'est pas le seul dont je projette de tout lire alors à force d'en rajouter, je ne sais plus par quoi commencer.Quant à Scrimgeour, c'est le ministre de la magie qui succéde à Cornelius Fudge.

La liseuse 08/08/2007 15:36

Très belle couverture. 800 pages ??? ouf bon courage. Je vais alors sagement attendre ton avis avant de me lancer.

La liseuse 04/08/2007 17:07

Alors là, ta lecture m'intéresse. Quelle est l'édition qui publie ce livre ? Bonne lecture.

Isil 04/08/2007 20:25

C'est chez Folio Classique. Un beau pavé comme j'aime (plus de 800 pages).